Cisco : la croissance passe par des acquisitions

Mobilité

Malgré un secteur en crise et des perspectives de croissance encore incertaines sur le marché des équipements de réseaux, Cisco souhaite néanmoins augmenter sa part de marché et projette des acquisitions pour l’année 2002. L’équipementier prévoit d’ores et déjà plusieurs axes de travail : wireless, stockage en réseau IP, VoIP, IPv6…

Si le secteur de l’informatique, poussé entre autres par une demande accrue de sécurité, devrait repartir d’ici l’été, le secteur des télécommunications ne suit a priori pas la même tendance. John Chambers, PDG de Cisco, a pour sa part reconnu que les perspectives de croissance de l’économie et du secteur des télécoms restent encore incertaines. “Il n’y a pour l’instant que très peu de visibilité”, a-t-il confirmé. Avec toutefois un petit bémol pour l’Europe. Si le PDG de l’équipementier réseau a reconnu que le marché américain était encore déprimé, il a toutefois annoncé les prémices d’une reprise en Europe, évoquant même des signes de stabilité du marché européen.

Cisco ne devrait pas connaître une année 2002 aussi difficile que 2001 où il a vu ses clients retarder ou annuler leurs commandes. L’année 2002 devrait même être pour Cisco l’occasion de gagner des parts de marché, notamment en procédant à des acquisitions. Cisco a toujours, depuis sa création, agit de la sorte afin d’éviter de perdre du temps à développer des technologies qui existent déjà. Les futures acquisitions – Cisco en envisage entre huit et douze – pourraient concerner le secteur du stockage de données et les services de conseil. Des mesures que peut se permettre l’équipementier qui détient un trésor de guerre de 19 milliards de dollars.

Objectif : la convergence des réseaux

S’il est difficile de connaître avec précision la date de la reprise de la croissance, il est plus facile de discerner les prochaines tendances de ce secteur. Ainsi, au cours du premier symposium de la société réunissant le monde des réseaux et des télécommunications, Michel Langlois, vice-président technologies, a évoqué non seulement les grandes tendances des trois ans à venir mais aussi les objectifs de la société. Le premier objectif de Cisco sera de réussir le passage à la convergence entre la voix, la vidéo, les données et le stockage. La convergence des réseaux permet surtout de construire une seule infrastructure, ce qui induit indubitablement une baisse des coûts et une meilleure intégration. Pour Michel Langlois, spécialiste des réseaux, l’intégration de la voix au niveau IP ne doit pas être une technologie alternative. “Le but d’intégrer la voix sur un réseau de données est de parvenir à faire une application qui intègre le reste des applications productives”, explique-t-il. La mobilité est un autre des objectifs de Cisco qui juge qu’Internet sera dans les dix ou vingt ans une commodité au même titre que le gaz ou l’électricité. L’équipementier souhaite répondre aux problématiques que cela pose en termes de connexion, de débit et de sécurité, mais aussi en termes de reconnaissance de contenu. La mobilité exige en effet des terminaux mobiles avec des interface spécifiques. Selon Michel Langlois, le trafic se faisait, il y a encore peu de temps, à 80 % à l’intérieur de l’entreprise et à 20 % à l’extérieur. Dans un avenir proche, explique-t-il, la tendance s’inversera.

Assurer l’intégrité des données

Une telle mobilité pose bien évidemment le problème de la sécurité. Pour Michel Langlois, la sécurité est, notamment depuis les événements du 11 septembre, primordiale. “Il ne s’agira plus de poser le problème en dernier recours, mais véritablement d’intégrer dès le départ la sécurité dans les solutions de tout type. Plus que l’accès, il faut assurer pleinement l’intégrité des données”, mentionne Michel Langlois. Cisco entend poursuivre son engagement pour IPv6 en certifiant que tous ses produits seront compatibles avec ce protocole. Enfin, Michel Langlois croit toujours aux potentialités d’Ethernet qui entre aujourd’hui dans l’ère du gigabit. Il cite par ailleurs la technologie LRE (Long-Reach Ethernet) qui étend de façon spectaculaire Ethernet sur le câblage de catégorie 1/2/3 existant, à des débits pouvant aller de 5 à 15 Mbits/s (en full duplex) et sur des distances de 1 500 mètres maximum. Cette technologie apporte ainsi une solution de haute performance et à faible coût pour des déploiements large bande dans des parcs d’affaires, parcs industriels, hôtels, immeubles à appartements… Enfin, Cisco termine sur la continuité de son engagement dans le MPLS (Multiprotocol Label Switching) qui permet de simplifier et d’améliorer la transmission des paquets IP. Selon Cisco, la technologie commence à être déployée dans les grandes entreprises.

Cisco semble donc bien vouloir répondre à l’ensemble de la problématique Internet en assurant notamment une extension de la couche IP tant au niveau des applications (B to B, stockage, voix sur IP…) que du transport des données (MPLS, Ethernet?).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur