Cisco rachète un spécialiste de la technologie VPN-SSL

Mobilité
Information - news

Cisco renforce la sécurité de ses routeurs à coup d’acquisitions. Dernière en date : celle de la start-up Twingo Systems.

Dans les réseaux, les fournisseurs s’affrontent désormais non seulement sur les performances de leurs équipements mais également et de plus en plus sur la sécurité, comme le prouve le rachat par Cisco Systems pour cinq millions de dollars d’une start-up, Twingo Systems. Cette dernière est spécialiste des réseaux privés virtuels SSL, également appelés VPN-SSL, dont la caractéristique est que les flux de données sont protégés par la technologie de cryptage SSL (Secure Sockets Layer). Conséquence : les VPN-SSL ne requièrent aucun logiciel client supplémentaire contrairement aux réseaux privés virtuels basés sur le protocole IPSec (IP security) ou VPN-IPsec. A l’échelle de Cisco, le rachat de Twingo Systems est une petite acquisition. C’est la dernière en date d’une série, l’enjeu de ces opérations étant pour Cisco de renforcer les mécanismes de sécurité de ses routeurs.

Partenariats avec des éditeurs d’antivirus

En matière de sécurité des réseaux, on a, dans un premier temps, pensé qu’il suffisait d’installer à l’entrée du réseau des pare-feu, des antivirus ou encore des sondes de détection d’intrusions. Compte tenu de la complexité croissantes des attaques, il est désormais admis ? et Cisco défend cette approche ? que les équipements réseaux doivent être capables de se défendre eux-mêmes, sans pour autant négliger la sécurité à la périphérie du réseau, notamment au niveau des postes de travail. D’où cette stratégie d’acquisitions, par ailleurs complétée par des partenariats avec plusieurs éditeurs d’antivirus : Network Associates, Symantec et Trend Micro. Le mois dernier, Cisco a annoncé également un partenariat avec IBM, toujours dans le domaine de la sécurité. Rappelons que l’autre grand fournisseur de routeurs IP, Juniper, est récemment devenu un acteur prépondérant de la sécurité, rachetant l’éditeur Netscreen Technologies dans le cadre d’une transaction d’environ quatre milliards de dollars (voir édition du 10 février 2004).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur