Cloud : Google met des bâtons dans les roues de Microsoft sur un marché public

Cloud

Aux Etats-Unis, Microsoft a remporté en 2010 un marché fédéral important pour une messagerie dans le cloud. Mais son rival Google a contesté la procédure d’attribution. Et la tactique a plutôt bien marché.

Aux Etats-Unis, la guerre du cloud entre Microsoft et Google a pris un détour devant les tribunaux américains lors d’un d’appel d’offres du ministère de l’Intérieur (Department of the Interior ou DoI).

En 2010, le groupe de Steve Ballmer avait remporté la compétition pour ce marché public portant sur la messagerie accessible via Internet (88 000 employés).

L’offre BPOS de de Microsoft (Business Productivity Online Services, transformée depuis en Office 365) avait devancé les Googles Apps.

Un contrat gouvernemental de 49,3 millions de dollars sur cinq ans, cela ne se refuse pas. De plus, le fait de devancer son concurrent Google procure une certaine satisfaction.

Mais, en novembre 2010, la firme Internet de Mountain View s’est estimée lésée dans cet appel d’offre et a contesté la procédure, en association avec son distributeur Onix Networking Corp.

Les débats sont notamment porté sur la sécurité IT en lien avec les systèmes de messageries dans le cloud et des certifications adéquates (FISMA pour Federal Information Security Management Act).

Une polémique a démarré pour déterminer qui l’avait réellement entre les deux groupes IT (ironie de l’histoire : à l’époque où Microsoft a remporté le marché, il n’était pas certifié FISMA).

Depuis, la situation est régularisée dans les deux cas et Google a même monté une offre spéciale certifiée (Google Apps for Government).

Et Google vient de remporter une manche dans ce bras de fer contre Microsoft.

Le 28 septembre, la justice fédérale a annulé le marché cloud pour le DoI que Microsoft avait remporté à l’époque.

Une nouvelle procédure d’attribution du marché va se dérouler prochainement. Google est prêt à repartir dans la bataille commerciale.

“Nous sommes impatients d’entrer dans le jeu de la concurrence et de favoriser des économies aux contribuables”, déclare Google dans un communiqué cité par Wired.

En avril, Microsoft avait déjà haussé le ton.

Le travail des ingénieurs et des professionnels de l’informatique a été remplacé, au moins temporairement, par les documents déposés par les avocats“, déclarait David Howard, vice-Président “Corporate” et Conseiller juridique adjoint de Microsoft, dans une contribution blog.

Google aurait-il vraiment cherché à gagner du temps pour obtenir la certification requise pour offrir des services cloud à l’administration américaine ?

En tout cas, la compétition est relancée.

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur