Cloud : Google montre les muscles à Amazon Web Services

Pour tenter de bousculer Amazon Web Services sur le marché du cloud public, Google fait baisser les prix de ses offres et y ajoute de nouvelles fonctionnalités.

google-cloud-aws

Dans le sillage du leader Amazon Web Services, Google renforce ses positions sur le marché du cloud public.

La société de Larry Page et Sergey Brin a mis à profit son événement Cloud Platform Live – organisé à San Francisco – pour agrémenter son offre de nouvelles fonctionnalités touchant à l’analyse de données ou encore à la gestion de machines virtuelles. Elle a surtout orchestré une baisse générale des tarifs applicables aux différentes composantes de son portefeuille.

Illustration avec Compute Engine. Mise sur le marché en décembre 2013, cette solution permet de faire fonctionner des VM sur les data centers de Google. Quelle que soit la région géographique et la taille de l’instance, les prix diminuent de 32%. Le ticket d’entrée est désormais affiché à 0,077 dollar de l’heure pour l’hébergement, en Europe, d’une machine à un coeur et 3,75 Go de mémoire.

Quant à l’offre PaaS App Engine, elle bénéficie d’un rabais de 37,5%, accompagné d’importantes remises sur certaines fonctions, mais aussi la gratuité de plusieurs options. Outre la brique stockage, dorénavant commercialisée à un prix unique de 2,6 cents par Go, l’outil de big data BigQuery voir ses tarifs d’usage à la demande chuter de 85%.

Applicables à compter du 1er avril, ces modifications s’assortiront d’un nouveau modèle de prix pour les applications fonctionnant durablement sur le cloud : des remises seront consenties pour toute VM opérationnelle plus de 25% du temps sur un mois. « Vous en bénéficierez automatiquement pour les usages prolongés sans contrats à long terme, sans dépendance commerciale, sans coûts préalables« , résume Urs Hölzle, le vice-président de Google pour la plate-forme.

Le groupe Internet annonce également l’arrivée de nouvelles fonctions lui permettant de combler une partie de son retard sur Amazon Web Services. En tête de liste, l’intégration du logiciel de gestion de versions Git et du service Web associé (GitHub), mais aussi l’outil Managed VMs, utilisé pour déployer une application depuis App Engine vers une instance managée de Compute Engine. Lequel supportera désormais les instances Windows Server 2008 R2, Red Hat Enterprise Linux et Suse Linux.

Pour répondre au Kinesis d’Amazon, Google dégaine BigQuery Streaming, offre dédiée à l’acquisition et à l’analyse de grands volumes de données en temps réel : jusqu’à 100 000 enregistrements par seconde et par table. C’est 5 dollars du To pour les requêtes à la demande. Une capacité réservée de 5 Go/s revient à 20 000 dollars par mois. Comme le note Silicon.fr, la prochaine session Google I/O, prévue pour le mois de juin, devrait donner lieu à l’officialisation de fonctions d’autoscaling permettant d’ajuster les capacités d’une VM à la charge instantanée.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Amazon ?

Crédit illustration : sommthink – Shutterstock.com

Derniers commentaires



0 replies to Cloud : Google montre les muscles à Amazon Web Services

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

00:16:44