Cloud : OVH matérialise ses bonnes résolutions avec Hubic

CloudData-stockageEntrepriseStockage

OVH inscrit la séduction du grand public au rang de ses bonnes résolutions pour 2012 et intronise à cet effet le dénommé HubiC, un cloud privé comparable au SkyDrive.

Dans le stockage en ligne, OVH jette un pavé dans la mare du cloud avec l’offre Hubic.

Sous l’égide d’une bonne résolution entrevue à l’automne dernier, l’hébergeur français amorce l’année 2012 avec sous le coude cette offre somme toute limitée, fortement inspirée d’une escarmouche initiale qui remonte au mois d’octobre.

Peu présent sur le créneau du cloud privé destiné aux particuliers et petites entreprises, OVH avait alors entrebaîllé les portes du dénommé Cloud NAS, concurrent avéré de Dropbox et consorts.

En version bêta, ce service offre à l’utilisateur 1 Téraoctet d’espace disque, pour une limite de 10 Gigaoctets par fichier transféré.

A cet instar, HubiC (pour Hub in the Cloud) propose une hiérarchisation sur la base du protocole WebDAV, avec des transmissions cryptées en SSL, des fonctionnalités de partage et la gestion multicompte.

A cette interface Windows s’adjoignent des clients mobiles pour iOS et Android, pour une offre plus en adéquation avec les exigences des salariés mobiles, entre usage personnel et exercice professionnel.

Si, tel le SkyDrive de Microsoft, la formule gratuite restreint à 25 Go le volume de données enregistrables en simultané, l’illimité à 83,71 euros par an rabaisse considérablement le prix du gigaoctet.

A titre comparatif, certains prestataires bénéficiant de plus d’assise sur le marché (Box, Sugarsync) privilégient l’extension par paliers de 2 à 5 Go, procédé nécessairement plus onéreux.

En outre, les fichiers sont hébergés sur les serveurs français d’OVH, qui s’engage par ailleurs à refuser à tout droit de regard sur les fichiers de ses utilisateurs, sauf décision de justice en ce sens.

Tout au plus HubiC pâtit-il d’une interactivité limitée. Le streaming, que certaines plates-formes proposent officiellement ou via des outils et sites Web tiers, est ici aux abonnés absents.

Toujours est-il qu’OVH apporte sa pierre à l’édifice d’une opération séduction qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. L’addiction du grand public au cloud computing ne se fera pas en un jour.

 

Crédit image : © Beboy – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur