Cloud public : un marché à 108 milliards de dollars en 2017

Régulations
idc-cloud-public

IDC estime que le marché mondial du cloud public connaîtra, d’ici 2017, une croissance moyenne de 23,5% par an, porté par une révision globale des modèles commerciaux et un recentrage progressif sur l’utilisateur final.

IDC estime que le marché mondial du cloud public générera 108 milliards de dollars en 2017, contre 47,4 milliards en 2013. Soit une croissance moyenne de 23,5% par an… ou cinq fois celle de l’industrie IT dans son ensemble.

Si l’adoption du cloud répondait jusqu’alors essentiellement à des motifs économiques, le marché commence à atteindre une masse critique qui permet à ses acteurs d’innover et de recentrer leur approche sur l’utilisateur, en lien étroit avec le mobile, le social et le big data.

C’est ce paramètre du ‘business as a service’ qui devrait stimuler la demande dans tous les pans de l’entreprise, au-delà de la seule DSI.

Les offres VPC (‘Virtual private cloud’) devraient s’imposer comme l’un des moteurs de cette transition.

Ce modèle hybride associe les avantages du cloud public en termes de coûts et de capacité de montée en charge aux bénéfices des environnements privés en matière de sécurité.

Il consiste en la mise en place d’une section privée et isolée au sein d’une plate-forme publique.

Les entreprises peuvent lancer des ressources dans un réseau virtuel, tout en conservant un contrôle total sur cet environnement dont elles peuvent définir une topologie proche de celle qu’elles utilisent dans leurs propres data centers.

Il leur est aussi possible d’établir un pont entre leur infrastructure sur site et leur VPC, grâce à un VPN chiffré.

IDC estime aussi que l’arrivée à maturité du marché entraînera non seulement une consolidation dans le domaine de l’IaaS (Infrastructure as a Service), mais aussi une révision stratégique des modèles commerciaux.

Outre la naissance d’offres transversales positionnées en haut de gamme dans une approche verticale des processus métiers, il est question d’une continuité dans la guerre des prix.

Ce qui implique des marges de plus en plus faibles… Et pourtant, à l’horizon 2017, le cloud public pourrait représenter 17% des investissements réalisés dans la sphère de l’IT.

Le SaaS (Software as a Service) devrait capter 59,7% de ces dépenses, contre 29,7% pour le PaaS (Platform as a Service) et 27,2% pour l’Iaas (Infrastructure as a Service).

Les États-Unis, qui concentrent actuellement 56,9% des recettes du cloud public, devraient voir leur influence s’amoindrir d’ici 2017 (43,9%), au profit de l’Europe de l’Ouest… et des marchés émergents, lesquels connaîtraient une croissance de 37,3% sur 4 ans.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : le cloud computing, vous connaissez ?

Crédit photo : Melpomene – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur