Cloud : la versatilité des TPE françaises

CloudRégulations
cloud-tpe

La dernière étude de Markess décrit des prestataires d’offres cloud soucieux de verticaliser leur stratégie et de développer leur canal de distribution ciblant les petites entreprises.

Les prestataires IT ont fait des TPE un levier primordial pour soutenir leur activité cloud computing d’ici la fin de l’année 2014.

Pour mieux cibler ces petites entreprises, ils comptent essentiellement affiner leur approche sectorielle et développer leurs canaux de distribution en lançant notamment des programmes spécifiques à destination des revendeurs, VARs et hébergeurs. Autre relais de croissance envisagé : des partenariats stratégiques avec les acteurs de la sécurité informatique. Autant de perspectives synthétisées dans la 8e édition du Baromètre annuel des prestataires du cloud computing établi par le cabinet spécialisé Markess.

Présenté la semaine passée dans le cadre des États généraux du cloud computing, ce rapport s’appuie sur les témoignages recueillis au premier trimestre auprès de 130 experts du secteur. Il confirme la France comme l’un des marchés les plus appétents d’Europe (au global, les solutions cloud et les services associés devraient générer 4,1 milliards d’euros en 2014, contre 2,2 milliards en 2012), mais laisse entrevoir une légère contraction de la demande à court terme.

Mises en perspective, les stratégies de développement des éditeurs, ESN et cabinets de conseil illustrent une certaine inquiétude à l’égard du contexte économique actuel. Les carnets de commandes se remplissent d’ores et déjà moins vite qu’en 2013. En outre, si le phénomène se manifeste dans les grandes entreprises et le secteur public, il est encore plus marqué sur le créneau des TPE.

A l’inverse, les PME/ETI se montrent assez réactives, tout particulièrement aux offres d’infrastructure (IaaS) : elles devraient y investir plus d’un milliard d’euros en 2014, contre 557 millions d’euros l’année dernière. Autre segment fort : la présence Web, qui regroupe les services de blogging, les noms de domaines, le SSL et les activités de commerce électronique. Parmi les 62% de PME françaises qui disposent d’un site Web, 8 sur 10 l’hébergent chez des tiers.

La demande devrait se reporter progressivement sur les applications Web, avec en tête de liste des outils d’optimisation mobile et du SEO. De la comptabilité au stockage en passant par la gestion de la relation client et/ou des RH, les outils professionnels possèdent un fort potentiel de développement. C’est aussi le cas pour les solutions de collaboration et de communication (standards téléphoniques hébergés, systèmes de messagerie d’entreprise).

Mais une grande partie de tous ces revenus échappe encore aux acteurs nationaux. Sur certains segments, plus de 50% des clients ont recours à des prestataires d’origine étrangère “parfois sans structure de représentation en France et en conséquence sans fiscalité”, selon Markess. Un constat partagé par la branche française d’EuroCloud, premier réseau de prestataires cloud en Europe.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les services grand public de cloud computing ?

Crédit photo : tijanaM – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur