Club-Internet lance ses packs et abonnements Wi-Fi

Cloud

La nouvelle offre de Club-Internet comprend le modem ADSL Wi-Fi et les adaptateurs gratuits, mais l’abonnement augmente de 5 euros. Ce tarif reste avantageux par rapport à l’offre concurrente de Wanadoo… à condition d’être en zone dégroupée.

Après Wanadoo, Club-Internet lance mercredi 15 octobre 2003 son pack Wi-Fi. Mais à la différence de son concurrent, le modem-routeur sans fil (un Thomson/Alcatel SpeedTouch 570 en 802.11b, à 11 Mbits/s théoriques donc) de la filiale Internet de T-Online est associé à un abonnement propre à l’offre. Laquelle est uniquement réservée aux accès en 512 et, sur les zones dégroupées par LDCom, 1 024 Kbits/s. “Nous avons jugé que le 128 Kbits/s n’était pas un débit suffisant pour le Wi-Fi”, explique un porte-parole du fournisseur d’accès Internet (FAI). De plus, l’abonnement Wi-Fi voit son tarif augmenter de 5 euros par rapport à l’ADSL classique. L’internaute qui opte pour un pack Wi-Fi Club-Internet paiera donc 44,90 euros par mois au lieu de 39,90, en 512 comme en 1 024 Kbits/s, avec un engagement minimal d’un an. “Notre offre Wi-Fi permet l’accès Internet en multicanal, ce qui n’est pas autorisé dans les conditions générales de vente pour l’ADSL filaire, il est donc normal d’augmenter les tarifs”, justifie notre interlocuteur. “D’autre part, notre offre Wi-Fi est une offre haut de gamme qui se distingue donc, à ce titre, de l’offre habituelle.” Simplicité et sécurité

Une augmentation relativement compensée par la totale gratuité du modem – normalement facturé 299 euros (199 euros chez Wanadoo en offre promotionnelle) – et des frais d’accès. De plus, le pack, disponible par correspondance comme dans 2 500 points de vente, contient deux adaptateurs Wi-Fi (USB et PCMCIA) ainsi qu’un câble Ethernet (pour le poste “filaire”), ce qui permettra de connecter trois ordinateurs au total. Rien n’empêche l’utilisateur d’ajouter d’autres postes mais à condition de s’équiper d’autres adaptateurs (d’une valeur de 100 euros environ). Outre la simplicité d’installation promise, le FAI insiste sur la sécurité. D’une part, le SpeedTouch est livré avec le protocole de chiffrement WEP (Wired Equivalent Privacy) activé par défaut. Une mesure nécessaire mais insuffisante face aux faiblesses du protocole (les clés de 40 ou 128 bits qu’il exploite ont été, d’une certaine manière, “cassées”). C’est pourquoi le modem est également configuré avec le WPA (Wi-Fi Protected Access), solution provisoire avant l’arrivée du 802.11i qui intégrera des clés de chiffrement dynamiques de 128, 192 et 256 bits. Surtout, les ouvertures de comptes d’utilisateurs du réseau sont laissées aux soins de l’abonné, ce qui devrait interdire les intrusions sur le réseau.

Club-Internet vise “le grand public qui veut se mettre au sans-fil” comme les professionnels (petites entreprises, professions libérales…). Une carte à jouer face à l’offre concurrente de Wanadoo dont le 1 024 Kbits revient à 80 euros/mois, mais sur l’ensemble du territoire éligible à l’ADSL. T-online s’appuie notamment sur le marché des 1,3 million d’utilisateurs d’ordinateurs portables en France. Selon une étude Jupiter Research, citée par la direction du FAI, 80 % des internautes européens se déclarent intéressés par un réseau sans fil à domicile. Le Wi-Fi “familial”, prochain marché des fournisseurs d’accès ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur