Comcast sous le feu des critiques pour bridage de P2P aux Etats-Unis

Mobilité

Des abonnés mécontents lancent une action collective contre ce câblo-opérateur, accusé de freiner les échanges de fichiers BitTorrent.

Les ennuis s’accumulent pour Comcast aux Etats-Unis, depuis les révélations fin 2007 sur des pratiques de ce câblo-opérateur consistant à brider le trafic de ses abonnés téléchargeant ou diffusant des fichiers au protocole BitTorrent, qu’il s’agisse ou non de fichiers illégaux.

Début 2008, la Federal Communications Commission (FCC), le régulateur local, a ouvert une enquête sur les solutions de gestion du trafic réseau utilisées par Comcast. Le 19 février 2008, le cabinet d’avocat Gilbert Randolph a déposé une première class action contre cet opérateur.

Cette action de groupe (ou collective) a été déposée pour le compte d’un abonné Comcast de Washington. Elle est ouverte à tous les résidents du “district” qui ont pris un abonnement Comcast durant ces trois dernières années.

Communication trompeuse

Est en cause la communication de Comcast, considérée comme “fausse” et “trompeuse”. Il est vrai que le FAI présente son accès comme “la connexion Internet la plus rapide” et dit offrir “un accès sans entrave à tous les contenus, services et applications disponibles sur Internet”.

Le plaignant affirme en revanche que Comcast envoie “subrepticement” des données vers les ordinateurs des utilisateurs diffusant des fichiers pour interrompre les transmissions de données. Il “empêche donc délibérément ses consommateurs de tirer tous les bénéfices du service qu’ils ont acheté et il le fait d’une manière sournoise et trompeuse”, ajoute-t-il.

De son coté, Comcast se défend régulièrement de tout “blocage”, reconnaissant toutefois que les transferts P2P – un “fardeau excessif” selon ses propres termes – sont parfois mis en attente pour ne pas nuire au fonctionnement de son réseau.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur