Comment Apple a raté le tournant du CD-RW

Cloud

Depuis près d’un an, le format CD-RW, format de gravure sur CD réinscriptible, a fait une percée remarquée dans le monde de l’informatique. De 1,7 % de parts de marché, ce format d’écriture sur CD est passé à près de 40 % aux Etats-Unis. Apple n’en propose toujours pas en standard sur ses machines.

La folie de la musique sur Internet s’est emparée du monde. Le format MP3 permet d’obtenir une restitution sonore proche des meilleures qualités audio et Napster a donné un bon coup de pied dans la fourmilière en posant la question des droits d’utilisation de la musique. Total, depuis l’année dernière à la même époque, graver des CD est devenu un sport international. Si le CD-RW prenait une part insignifiante du marché en juillet 1999 (1,7 %), dés le mois d’octobre 1999, 19 % des systèmes vendus aux Etats-Unis en comportaient, selon l’institut d’étude PC Data. En janvier, ce ne sont pas moins de 40 % des PC qui sortent des magasins équipés d’un lecteur idoine. Les estimations tablent sur 29 millions de lecteurs vendus rien qu’aux Etats-Unis, contre 12,5 millions l’an passé.

Et Apple dans tout cela ? La firme à la pomme ne semble pas avoir pris en compte cet engouement. Elle se focalise sur la vidéo. Toutes ses solutions se concentrent en effet sur ce marché. Steve Jobs expliquait lors d’une séance de questions-réponses à MacWorld en juillet que sa compagnie ne pouvait pas être comprise si les experts ne s’asseyaient pas à un bureau après avoir filmé leurs enfants, des parents ou des voisins, pour monter leurs prises à l’aide d’iMovie.

“L’édition vidéo est une belle chose”, a expliqué l’analyste d’IDC Roger Kay à nos confrères de CNET. “Mais il apparaît qu’il s’agit d’un outil destiné aux privilégiés, que la plupart des gens n’utiliseront pas. Il s’agit d’une lubie marketing très coûteuse, et je ne pense pas qu’il y ait là une réelle opportunité. Le CD-RW en revanche offre de bonnes opportunités de marché”. Apple offre des DVD-RAM sur ses systèmes les plus chers, mais ceux-ci sont très coûteux à l’utilisation. Un disque DVD réinscriptible coûte près de 200 F, là où un CD-RW peut être obtenu pour près de 5 F.

Pourtant, les solutions de CD réinscriptibles existent aussi dans le monde Apple (voir pour exemple, notre édition du 27 septembre 1999). Pas moins de 52 solutions sont répertoriées sur le site d’Apple. Mais “il s’agit d’un périphérique qu’Apple n’a pas vu venir”, insiste Chris Le Tocq, un spécialiste de Dataquest, société d’analyse des marchés technologiques. “Là au moins, Apple ne fait pas figure d’innovateur”. Au final, l’ensemble des analystes reproche à Apple de n’avoir pas surfé sur la vague de l’engouement pour les fichiers audio. Mais leurs remarques ne prennent pas en compte la question des copyrights. Et une société comme Apple qui s’est fait une spécialité des poursuites judiciaires pour non-respect des droits sur ses brevets ou sur ses marques peut-elle se lancer dans la promotion active d’une technologie dont un des buts avoués est de “piller” les discothèques mondiales ?

Pour en savoir plus :

Le guide des produits disponibles sur Mac


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur