Comment intégrer la fibre optique dans la nouvelle donne télécoms en France ?

Régulations
fibre-optique-deploiement-france

Une enquête des Echos suggère une nouvelle configuration du secteur télécoms en fonction du déploiement de la fibre optique. Tout dépend des mouvements autour de Bouygues Telecom.

Comment tenir l’engagement du plan France Fibre en fonction des mouvements techtoniques que l’on perçoit sur le marché télécoms ? Rappelons les engagements de l’Etat. La France doit être couverte en très haut débit. Essentiellement fibre optique à domicile (ou FTTH en anglais), dans une proportion de 80% de la population à l’horizon 2022.

L’investissement global est évalué dans une fourchette 25-30 milliards d’euros. Voilà pour le schéma pré-établi mais il pourrait évoluer en fonction des technologies THD sélectionnées et des investissements consentis par les opérateurs.

Mais, toujours selon Les Echos, il faudrait prendre une nouvelle configuration du marché télécoms : avec le rapprochement entre SFR et Numéricable, la vision  du très haut débit vu par le câblo-opérateur deviendrait prédominante (priorité au FTTLA* c’est-à-dire la fibre optique avec terminaison coaxiale).

Pour compenser, Orange pourrait privilégier une fusion avec Bouygues Telecom. Une manière de garder le cap FTTH. Tout en fournissant des gages au groupe Iliad/Free. Si le rapprochement Orange – Bouygues Telecom devient effectif, le groupe télécoms de Xavier Niel pourrait se porter acquéreur du réseau mobile et des licences de fréquences de Bouygues Telecom. Un projet de cession qui avait déjà été avancé dans l’éventualité de la constitution d’un binôme SFR – Bouygues Telecom (mais ce scénario a capoté avec le rapprochement SFR – Numericable).

Fibre : un plan associant Orange – CDC et Free ?

Pour faciliter l’adhésion d’Iliad-Free à ce plan, Les Echos suggère que Free pourrait entre dans le projet “Coquelicot” du nom de cette future co-entreprise Caisse des Dépôts – Orange visant à accélérer le déploiement de la fibre optique en France. Stéphane Richard, P-DG du groupe Orange, a récemment déclaré qu’il était toujours “à l’étude”. Des fonds d’investissement pourraient également s’associer dans cette structure dédiée à l’essor du très haut débit sur le territoire national.

Ce serait dans tous les cas un renversement des alliances car jusqu’ici Orange privilégiait SFR pour le déploiement de la fibre dans les zones moyennement denses.

Mais rien n’est joué. Le groupe Iliad-Free pourrait également privilégier le rachat de Bouygues Telecom pour éviter de se retrouver trop isolé dans l’échiquier télécoms. Ce qui générerait de nouvelles sources de tensions au grand dam du gouvernement qui voudrait surtout retouver un peu de sérénité dans le secteur avec deux mots d’ordre : l’investissement et l’emploi.

Selon l’ARCEP, le nombre d’abonnements au très haut débit fixe a progressé de 155 000 abonnements pour atteindre plus de 2,2 millions (+30% en un an) à la fin du premier trimestre 2014. Les offres FTTH commercialisées par l’ensemble des opérateurs télécoms font un bond de 69% en un an (+260 000 abonnements soit un total de 640 000 accès fin mars 2014). Mais Numericable garde une marge d’avance dans le déploiement du THD.

*FTTLA (Fiber To The Last Amplifier) : Technologie visant à réutiliser le réseau câblé existant notamment sur la partie terminale en installant la fibre optique plus près de l’abonné tout en conservant le câble coaxial des réseaux câblés sur le dernier segment (source AVICCA)

Quiz : Connaissez-vous vraiment la fibre ?

(Credit photo : Shutterstock.com –  Copyright: asharkyu)