Comment le cyber-espionnage nuit aux intérêts des Etats-Unis

Régulations
cyberespionnage-etats-unis-rapport-classe-NIE-securite

Les cyber-attaques et les intrusions réseaux nuisent à la compétitivité économique voire aux intérêts vitaux des Etats-Unis. Cela lui coûterait entre 0,1 à 0,5 % de son PIB. Outre la Chine, la France est pointée du doigt.

Un rapport fédéral classé (National Intelligence Estimate) dresse un état des lieux assez alarmant sur la cyber-sécurité aux Etats-Unis.

La multiplication des attaques sur Internet nuit à la compétitivité des entreprises. Les  dégâts peuvent être considérables dès lors que des secrets industriels s’évaporent via Internet.

Le Washington Post a révélé ce rapport NIE, qui a été nourri par les contributions de multiples agences de renseignement américaines.

La Chine constituerait la première menace en termes de cyber-espionnage.

Et c’est parfois agressif. Ainsi, en 2011, lorsque des pirates chinois ont attaqué la firme RSA (sécurité et réseaux), les technologies volées ont servir à pénétrer dans des maillons militaires.

On dépasse le cadre de la guerre de l’information et du monde du renseignement pour passer au stade de la cyber-guerre.

Dans une moindre proportion par rapport à la Chine, d’autres pays comme la Russie, Israël et (surprise) la France seraient aussi actifs pour récupérer des informations sensibles en provenance des Etats-Unis.

Tous les secteurs d’activité sensibles seraient affectés : énergie, finance, aérospatiale, automobile, technologies de l’information…

Le préjudice estimé se porte “à des dizaines de milliards de dollars” selon des experts externes. Plus précisément entre 25 et 100 milliards de dollars. Soit une fourchette de 0,1 à 0,5 % du PIB des Etats-Unis.

L’administration Obama tente de trouver des parades : plaintes officielles (notamment auprès de l’Organisation mondiale du commerce ou OMC), expulsion de membres rattachés aux personnels diplomatiques, restriction de délivrance de visas…

Quiz : Connaissez-vous bien les Anonymous ?

(Credit photo : Shutterstock.com – Copyright : OleGunnarUA)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur