Comment Microsoft Office Open XML a obtenu sa norme ISO

Mobilité

L’ISO a finalement accordé la norme 29500 au format XML de Microsoft. Lequel va concurrencer ODF, l’autre format XML déjà normalisé. L’Afnor s’explique.

Bilan : 75 % de oui, 14 % de votes négatifs. La norme ISO 29500 vient d’être validée par l’organisme de normalisation international ISO/CEI (International Standard Organisation/Commission électrotechnique internationale).

Ce qui élève le format de fichier de document Office de Microsoft (Office Open XML ou OOXML) au rang de norme internationale. Présenté par l’Ecma (sous la référence Ecma 376) sous l’impulsion de l’éditeur de Redmond dans le cadre d’une procédure de normalisation accélérée dite “fast track”, MS-OOXML rejoint la norme ISO 26300 du format concurrent ODF ainsi que celle du PDF 1.7 avec l’ISO 32000.

Cette victoire de Microsoft est une demi-surprise. Après un premier rejet de la France en septembre 2007 (confirmé au niveau international par l’ISO), des doutes persistaient quant à la validation du document de normalisation selon les positions des différentes instances nationales. Dont celle de l’Afnor en France qui, selon ce qui en ressortait en surface, est passé d’un “non” en début de semaine dernière à une “abstention” en dernière ligne droite (samedi 29 mars).

Difficile de savoir exactement, ce qui a poussé les membres de l’Afnor à ce revirement de dernière minute. Mais à défaut de convaincre, la décision avancée par ses représentants lors d’un point presse téléphonique est argumentée. Selon son directeur général Olivier Peyrat, la révision de l’OOXML par l’Ecma répond aujourd’hui aux critères suggérés par la France lors de son premier vote négatif.

A savoir, la séparation en deux parties du format : une partie Core, aujourd’hui rebaptisé “Strict” par l’Ecma, qui fixe le format de document XML en lui-même; et une autre partie décrite comme “Transitional” (anciennement Extension) chargé d’assurer la rétrocompatibilité avec les anciens formats bureautiques propriétaires de Microsoft.

Une démarche “pas classique mais conforme”

L’idée est de pouvoir lire un document dans un format neutre sans avoir à implémenter des fonctionnalités de compatibilité“, explique Frédérique Bon, président de la Commission de normalisation Afnor (commission formats de documents révisables) et dirigeant de Clever Age, une société de conseils en architecture technique qui a notamment développé un traducteur OOXML-ODF.

Autrement dit, les éditeurs qui veulent développer une suite bureautique normative pourront le faire sans pour autant s’embarrasser des fonctions de compatibilité avec les formats historiques de Redmond.

Pourtant, l’Afnor reconnaît que le vote de samedi s’est effectué sur un document non finalisé de l’Ecma. Une démarche “pas classique mais conforme [aux règles de fonctionnement de l’Afnor]“, admet Olivier Peyrat.

Celui-ci s’empresse de confirmer que la réunion de travail (Ballot Resolution Meeting ou BRM) du document intermédiaire présenté en janvier a permis d’étudier “l’essentiel des questions sur le fonds“. A savoir le découpage en deux parties du format proposé par la France et un consensus fort pour favoriser l’interopérabilité entre les deux formats normalisés, OOXML et ODF de l’Oasis.

Le début d’une conversation avec l’ODF

Reste néanmoins la question du changement d’avis opéré en milieu de semaine. Trois éléments nouveaux sont arrivés après le 25 mars, qui finit de lever les doutes de la commission.

A savoir la lettre d’Eric Boustouller, président de Microsoft France, qui visait à rassurer les acteurs qui investiraient dans le développement de la norme ISO 29500; celle de HP International et, surtout, celle de Patrick Duruseau. Selon l’analyse d’Olivier Peyrat, l’un des principaux instigateurs du projet ODF invitait à la normalisation du format afin de garantir son évolution et le dialogue entre les différents acteurs du marché.

Ce que tend à confirmer sa lettre (PDF) sur l’arrivée de l’OOXML à l’ISO postée aujourd’hui. “Je souhaite que l’approbation de l’ISO/IEC 29500 ne soit pas seulement le début d’une conversation avec l’ISO/IEC 26300 [ODF, ndlr], mais aussi le départ d’une réforme des standards pour rendre le JTC 1 [le groupe de travail à l’ISO, ndlr] inclusif, réactif et, par-dessus tout, enrichissant pour ses membres“, conclut son texte.

L’April préoccupée

Autrement dit, maintenant que les deux formats XML concurrents sont normalisés, la voie est libre pour travailler sur leur harmonisation vers un seul format.

Une analyse que ne partage pas l’April, pourtant membre de l’Afnor depuis mai 2007. Dans un communiqué, l’association des utilisateurs de logiciels libres estime que la normalisation de l’OOXML est “préoccupant[e]” par la concurrence désormais induite entre les deux formats.

Et de rappeler que Microsoft “a […] toujours refusé d’implémenter ce format [ODF] dans ses produits, ce qui aurait pourtant été la manière d’offrir une véritable interopérabilité aux utilisateurs […]. À présent que son propre format de document porte également le label ISO, la société Microsoft sera encore moins encline à effectuer cette démarche d’ouverture“. Une analyse que seul l’avenir confirmera ou contredira.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur