La communauté Twitter, première victime de la résurrection de LulzSec ?

Cloud

Le collectif de cyber-activistes LulzSec serait revenu avec une offensive symbolique à l’encontre du service de partage d’images TweetGif.

L’écosystème Twitter paie au prix fort la prétendue résurrection du collectif de cyber-activistes LulzSec.

Quelque 10 000 utilisateurs du service tiers TweetGif (partages d’images animées) se sont vus subtiliser leurs informations confidentielles, publiées sur PasteBin.

Signe d’un retour au premier plan du groupe de pirates, un an après sa dissolution ?

Identifiants de connexion et mots de passe associés, biographies, avatars, listes d’abonnés, éléments d’identité tel le patronyme… tout y est passé des suites d’attaques dont PCMag n’a déterminé ni la nature, ni la date de perpétration.

La démarche relève davantage d’une mise en scène destinée à théâtraliser la renaissance de LulzSec.

Passée à la postérité pour ses offensives répétées à l’encontre de multinationales et d’organes gouvernementaux, la coalition de hackers avait annoncé fin juin 2011 sa dissolution.

Soit 6 semaines après avoir accroché à son tableau de chasse Monsanto (agroalimentaire) ou encore Sony (high-tech).

Les cyber-activistes avaient rejoint les rangs d’autres mouvements, notamment le réseau Anonymous.

L’activité de ce nouveau LulzSec (dénommé “Reborn”) demeure faible en l’état actuel.

Au printemps dernier, plusieurs membres avaient été arrêtés dans un climat de trahison.

Crédit photo : © Nabil BIYAHMADINE – Fotolia.com

———– QUIZZ ———-

Connaissez-vous bien les Anonymous ?
Testez vos connaissances.

—————————-


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur