Communications d’entreprise dans le cloud : Sewan et Navaho trouvent leurs marques

CloudEntreprise
navaho-groupe-sewan-telephonie-entreprise-cloud

Il y a un an, Navaho, qui commercialise une offre de téléphonie BtoB dans le cloud, a intégré le groupe Sewan. Pour quelle répartition ? Décryptage du Directeur commercial Entreprises de Navaho (IT Expo).

Fin 2013, Sewan Communications a repris les activités de Navaho (ex-Risc IT Solutions). Le groupe change de configuration puisque l’effectif global est passé de 40 à 150 collaborateurs.

Un rapprochement qui a été effectué au nom de la complémentarité des activités et qui renforce le positionnement de spécialiste des communications d’entreprise dans le cloud.

Dans le cadre du salon IT-Expo qui s’est déroulé en novembre à Paris, nous avons rencontré Karim Othmani, Directeur commercial Entreprises de Navaho, qui a apporté des précisions sur la nouvelle répartition des rôles au sein du nouvel ensemble qui demeure scindé en deux segments.

Sewan Communications maintient son modèle de vente indirecte à travers un réseau de partenaires (275 à date pour 18 000 clients). “C’est une gamme en marque blanche pour distribuer toutes les offres Sewan dans le cloud (data, téléphonie, hébergement et la brique collaborative de Microsoft Office 365) à destination des TPE et des PME”, précise notre interlocuteur.

Quant à Navaho, elle aborde le marché avec une force de vente directe et revendique un millier de clients. “On distribue des offres à valeur ajoutées. On vise les entreprises de taille moyenne, les grands comptes et les administrations.”

En cumul, le groupe considère que 220 000 utilisateurs utilisent des solutions maison (essentiellement IP Centrex). “Nous devrions être en mesure de réaliser un chiffre d’affaires de 37 millions d’euros à la fin 2014. Sur le périmètre de Navaho, notre objectif est de doubler le nombre de clients et de chiffre d’affaires d’ici fin 2017”, précise Karim Othmani.

Le directeur commercial Entreprises fournit des précisions sur les ressources data center dont dispose Navaho. “Nous avons notre infrastructure et notre plateforme cloud. Nous sommes présents dans 4 data centers [en fait de la colocation avec Telecity et Telehouse, ndlr] et nous avons des portes de collecte auprès des grands opérateurs pour fournir du haut débit à nos clients.”

En termes de catalogue, l’objectif n’est pas de fondre les offres. “L’infrastructure et les ressources seront communes mais les offres seront distinguées : on fera davantage du sur-mesure chez Navaho tandis que les partenaires de Sewan ont besoin d’offres très packagées et très standardisées.”

Du côté des fabricants de téléphones, le duo Sewan/Navaho collabore avec Polycom, LG ou Aastra. Sur le volet de la téléphonie mobile, des contrats MVNO ont été signés avec Orange et SFR depuis 2013. “On vient de démarrer la 4G avec SFR.”

Concurrence : entre le gros et la niche

Chez Navaho, la seule offre de syndication tourne autour de Microsoft Office 365. Sinon, toutes les autres offres sont développées et opérées en interne avec le support et la facturation. “Nous disposons de 20 personnes à la DSI et de 10 personnes à la R&D au sein du groupe Sewan qui travaillent sur les offres, les outils et les processus d’intégration dans les systèmes d’information”, précise notre interlocuteur.

Parmi les références, Karim Othmani cite la DILA (Direction de l’information légale et administrative, rattachée aux services du Premier ministre), la CCI Paris-Ile-de-France, le groupe Total, une filiale de la Société Générale mais aussi les centres Midas (entretien et révisions voitures) et Rentacar (location de voitures) en France.

“Nous avons une capillarité qui nous permet d’assurer la dimension multi-sites également”, précise le représentant de Navaho. Pour se rapprocher des clients en régions, des relais commerciaux a été mis en place entre Paris, Lille et Lyon.

Quid de la concurrence ? “Nous n’avons pas de concurrent disposant d’un profil similaire et qui adresse de la même manière le marché”, commente Karim Othmani. “Nous avons en face de grands intégrateurs ou des opérateurs nationaux (Orange Business Services, SFR Business Team) ou des acteurs de niche (spécialistes de l’hébergement, IP Centrex et réseaux de données haut débit…). Par exemple, Paritel fait de la téléphonie mais pas de la data.”

Le créneau de la téléphonie sur IP en entreprise est tiré par les usages grand public à travers les box des FAI, considère notre interlocuteur.

“Ce qui est nouveau, c’est que les entreprises s’orientent de plus en plus vers des solutions de téléphonie de type IP centrex. C’est de l’OPEX car on paie à l’usage. C’est dans la philosophie du cloud. Il n’y a pas d’infrastructures à part les postes de travail. L’intelligence est déportée chez l’opérateur. C’est une offre PME qui séduit de plus en plus les grandes entreprises et maintenant les administrations.”

Navaho : enfin la stabilité via Sewan ?
Derrière Sewan dont la création remonte à 2007, on trouve quatre associés: Alexis de Goriainoff, David Brette, Christophe Cresp et Nicolas Beau.  La société commercialise des solutions de communications d’entreprise dans le cloud (téléphonie fixe et mobile, messageries, données, travail collaboratif, hébergement, sauvegarde et back-up). La configuration change avec le rachat de Navaho (ex-Ornis, ex-RISC ITS) qui avait fait l’objet d’une restructuration importante. Le 18 décembre 2013, le tribunal de commerce de Nanterre avait accepté la reprise des activités de  la société RISC IT Solutions par Sewan pour 1,5 million d’euros. En termes d’effectif, le groupe Sewan Communications est passé de 40 à 150 collaborateurs et l’ensemble représente désormais un chiffre d’affaires de presque 40 millions d’euros. Navaho exploite 2200 serveurs et machines virtuelles et stocke prés de 3 Po de données répartis sur 4 data centers.

(Crédit photo : Shutterstock.com –  Droit d’auteur : watcharakun)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur