Compaq choisit l’Itanium au détriment de l’Alpha

Cloud

Compaq et Intel ont annoncé une stratégie commune de développement de serveurs basés sur le processeur 64 bits Itanium. Intel fournira la puce tandis que Compaq développera les solutions logicielles et les architectures matérielles. Une stratégie qui oblige Compaq à abandonner le développement de ses propres processeurs Alpha.

D’ici 2004, l’ensemble des serveurs à base de processeurs Alpha 64 bits de Compaq auront disparu du catalogue au profit de solutions composées d’Itanium. Telle est l’annonce que vient de faire Compaq, lundi 25 juin à New York, conjointement avec Intel qui fournira donc Compaq en processeurs Itanium. Objectif : fournir des serveurs avec un rapport qualité/prix ultra-compétitif. Dans ce cadre, Intel a d’ailleurs racheté au constructeur texan les licences sur le processeur Alpha… pour mieux l’enterrer. Le montant de la transaction n’a pas été précisé mais Compaq a révélé qu’il lui aurait fallu investir des centaines de millions de dollars (sous-entendu à pertes) pour assurer l’évolution de l’Alpha. Cependant, l’intégrateur accompagnera tout de même ses actuels clients en développant deux nouvelles fréquences ? vers le gigahertz avec l’EV7 ? avant de basculer vers l’Itanium. Ensuite, les clients devront choisir entre conserver l’architecture RISC des processeurs Alpha ou s’équiper en Itanium chez Compaq, certes, mais aussi chez IBM ou encore Hewlett-Packard. Les utilisateurs devraient donc bénéficier de cette stratégie. Quant aux centaines d’ingénieurs qui travaillaient sur le processeur Alpha, ils devraient migrer chez Intel où ils complèteront les équipes chargées de développer l’Itanium.

Acquis par Compaq en 1998 avec le rachat de Digital Equipment, le processeur Alpha est considéré comme l’un des plus performants par les professionnels. Mais son coût de production trop élevé par rapport aux capacités du marché (et surtout celles de Compaq à fabriquer et distribuer lui-même sa puce) remettait en cause son avenir face aux concurrents Sparc de Sun, PowerPC d’IBM et Itanium d’Intel. Sans oublier les futurs Hammer d’AMD. Compaq décide donc de laisser l’affaire à Intel pour se concentrer sur le service et le développement de l’architecture Itanium, notamment à travers leur mise en cluster (grappes de machines) afin de créer des supercalculateurs. D’un autre côté, il semble se lier fermement à Intel en s’interdisant toute autre architecture. L’avenir des serveurs de Compaq dépendra donc de la qualité et du succès de l’Itanium. Compaq va d’ailleurs commencer à porter les systèmes d’exploitation Tru64 UNIX, OpenVMS et NonStop Kernel sur l’Itanium.

Le haut de gamme en ligne de mire

Jusqu’alors concentrée sur l’entrée et le milieu de gamme en matière de serveurs, cette opération permet à Intel d’acquérir une armée de matière grise susceptible de lui permettre d’attaquer le marché du haut de gamme et de viser des clients comme le gouvernement, les laboratoires pharmaceutiques et les salles d’échanges boursiers. Reste à vérifier si ces ingénieurs, issus de Digital Equipment pour la plupart, sauront s’adapter aux technologies de l’Itanium et son architecture EPIC (voir édition du 10 novembre 2000).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur