Completel acquiert B3G, le spécialiste de l’IP Centrex

Cloud

L’opérateur pour les entreprises du groupe Numericable acquiert le fournisseur de solutions ToIP-VoIP orientées TPE-PME malgré un passage difficile.

A peine sorti d’une procédure de sauvegarde, B3G, spécialiste des solutions en téléphonie sur IP et de la voix sur IP en France, tombe dans le giron de Completel, le fournisseur de solutions télécoms pour les entreprises rattaché au groupe Numericable.

Cette opération de croissance externe, dont le montant n’a pas été précisé, permet à Completel de toucher une cible complémentaire (les segment TPE-PME). L’acquéreur pourra leur proposer ces technologies sur les réseaux DSL et fibre optique (voix, données et convergence) qu’il adresse généralement aux grandes entreprises, au secteur public, et aux opérateurs et fournisseurs de services.

En 2008, B3G, qui a monté son business autour des solutions IP Centrex (la téléphonie hébergée hors de l’entreprise) a réalisé un chiffre d’affaire de 30 millions d’euros et compte plus de 65 000 utilisateurs sur son réseau pour 5000 clients. Mais la société co-dirigée par Patrice Giami et Christophe Pochart revient de loin…

Le 6 mars dernier, le tribunal de commerce de Paris a rendu un jugement favorable au plan présenté par la direction de B3G. Ce qui a mis un terme à la procédure engagée sept mois (13 août 2008 exactement). A l’époque, son modèle d’hyper-croissance avait été remis en cause, notamment en raison de la conjoncture économique qui commençait à se détériorer.

Rappelons qu’une procédure de sauvegarde est différente d’une cessation de paiement qui conduit à un dépôt de bilan. Il s’agit plutôt d’un dispositif visant à anticiper les difficultés financières liées au contexte économique.

Activités, effectifs, réseau…tout est remis à plat

Joint par téléphone le 17 mars, Patrice Giami avait donné des précisions liées à la fin de cette espèce de tutelle. “On a beaucoup travaillé sur cette procédure, c’était une étape importante de la restructuration”, précise le co-fondateur de B3G.

Sur le front des activités, le pôle “trading de minutes télécoms” pour le compte des opérateurs a été stoppé pour se concentrer sur le volet des offres en Centrex IP.

Un plan de licenciements économiques a été mis en place. En comptant les nons-renouvellements de contrats et les accords avec quinze prestataires extérieurs, l’effectif est passé de 150 à 85 personnes. Le réseau de distributeurs-revendeurs a également été restreint : il en reste 190 (contre 250 auparavant).

De manière connexe, un plan d’apurement des dettes a été élaboré. 90% des créanciers de B3G ont accepté ce plan de ré-échelonnement sur dix ans (le passif est de dix millions d’euros “échus et non contestés”). “Nous redevenons une entreprise normale mais avec des obligations de remboursement de dettes”, commentait Patrice Giami. Déjà mi-mars, le co-dirigeant envisageait très sérieusement un rapprochement “avec un groupe industriel”.

Cette intégration au sein de Completel/Numericable permet aux fonds d’investissement (AXA Private Equity, Orkos Capital et Partech International), qui détenait 60% du capital, de trouver une voie de sortie. Mais ils avaient soutenu B3G, même dans les moments difficiles, pour essayer de sauver la mise initiale.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur