Compte à rebours lancé pour MacWorld San Francisco

Mobilité

Plus que quatre jours avant MacWorld San Francisco et Apple aguiche les médias et ses clients en multipliant les messages soulignant l’importance, pour la firme, de cette exposition. L’entreprise prévoit d’étonner son monde. Et le reste de l’industrie ?

“X jours avant MacWorld San Francisco. Ça va être grand. Même selon nos critères.”“Cinq jours avant MacWorld San Francisco. Au-delà des sites de rumeurs. Bien au-delà.” Ou encore : “Comptez les jours. Comptez les minutes. Attendez-vous à avoir le souffle coupé.” Ne vous frottez pas les yeux, vous avez bien lu. Et il ne s’agit pas de phrases lancées par un obscur sous-traitant. Non. Cette fois-ci, Apple sort de son mutisme habituel pour aguicher les médias et son public par un compte à rebours similaire à celui qu’elle avait utilisé à l’occasion du lancement de Mac OS X, mais beaucoup plus intrigant. La firme participe en effet à l’exposition MacWorld de San Francisco à partir du lundi 7 janvier 2002, date prévue pour l’habituelle présentation de son patron, Steve Jobs. Celui-ci y détaillera, lors de son discours d’introduction, les nouveautés concoctées dans les laboratoires de Cupertino. Pour l’édition 2002, la durée de ce discours a été amenée à près de deux heures et demi (contre un peu plus d’une heure et quart habituellement) ! Les réservations de créneaux satellitaires par Apple pour diffusion de cette keynote sont là pour confirmer l’importance de l’événement en préparation. La firme entend en effet le diffuser en simultané sur l’ensemble du territoire américain. Et vraisemblablement dans ses 27 nouveaux magasins ouverts dans les endroits les plus commerçants des Etats-Unis, certains d’entre eux ayant déjà distribué des invitations pour un public restreint à quelque 300 personnes, selon le site de rumeurs Think Secret. Mais l’événement sera également en diffusion libre sur Internet.

Il s’agit d’une première pour la firme qui n’a jamais souligné de manière aussi tapageuse sa participation à cette exposition. Ce raffut médiatique est bien organisé et semble de nature à modifier la perception de la firme vis-à-vis de sa concurrence, alors que celle-ci nage en plein marasme. Apple a commencé à faire sourciller les observateurs en déplaçant la date d’intervention de son PDG au 7 janvier (voir édition du 13 décembre 2001), obligeant ses fans les plus actifs à modifier billets d’avions et réservations diverses pour l’événement, et soulevant du même coup des questions sur ce changement de dernière minute. Les responsables d’IDG, l’organisateur de MacWorld, ont depuis indiqué qu’ils avaient modifié les dates à la demande d’Apple et après que la firme les a persuadés que cette modification en valait bien la peine. La divulgation en crescendo de ces “révélations” fait penser à un coup comme seul sait en réaliser Apple. La firme utilise à fond la carte de la rumeur médiatique pour faire porter l’attention sur elle.

Rumeurs et spéculations

Et de fait, les spéculations vont bon train sur ce que pourrait contenir la présentation de Jobs. Au-delà des rumeurs, il convient de noter qu’aucune modification de taille n’est intervenue dans les gammes d’ordinateurs de la firme depuis le mois de mai dernier, Apple se contentant de réaliser liftings et cures de vitamine à la plupart de ses produits. Sur les huit derniers mois, elle n’a présenté qu’une seule véritable innovation ou nouveauté : l’iPod. Avec ce compte à rebours, les visiteurs et les spectateurs doivent donc s’attendre à une modification de fond susceptible de tirer l’entreprise sur toute l’année 2002. Et ce ne sera pas seulement un iMac à écran plat, un type d’ordinateur qui existe déjà depuis près d’un an chez les concurrents. Non, le mode de vie numérique dépeint par Steve Jobs lors de la session MacWorld de 2001 ordonne autre chose. Quelque chose de plus grand encore? De quoi ébranler l’industrie informatique ? Quatre jours séparent les spéculations de la réalité?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur