Le concepteur de puces radio DelfMEMS lève 8,2 millions d’euros

EntrepriseLevées de fonds
DelfMEMS levée de fonds

Concepteur de puces radio pour terminaux mobiles, la société lilloise DelfMEMS va mettre à profit un tour de table de 8,2 millions d’euros pour étendre son terrain de conquête à l’international.

Concepteur de puces radio pour terminaux nomades et mobiles, le Français DelfMEMS lève 8,2 millions d’euros.

La société, qui exerce depuis 2005 dans son fief de Lille avec un effectif de 12 salariés, va mettre à profit ce tour de table pour étendre son terrain de conquête à l’international, notamment en Asie, où se concentre l’essentiel de sa clientèle actuelle.

Dans le cadre des “Investissements d’avenir” et au titre du FSN PME (Fonds de solidarité numérique), CDC Entreprises a apporté sa contribution à hauteur de 3,5 millions d’euros.

Les fonds CapitalAria, Iris Capital et Vives II ont injecté le complément, secondés par les investisseurs historiques de DelfMEMS, notamment A2D, Alliansys, Finorpa, Inovam, l’IRD et Rhône-Alpes Création.

A cette occasion, Guillaume Eyssautier, 62 ans, est investi au poste de P-DG.

Fort de quelque 30 années d’expérience dans les semi-conducteurs (ancien de la maison Philips, passé par Matra-Harris et plus récemment CEO chez picoChip, puis ADD Semiconductor), il chapeautera le développement d’une nouvelle génération de circuits électroniques.

En l’occurrence, des puces dédiées aux communications sans fil, et dont la sélectivité accrue permet une commutation plus fine entre les bandes de fréquence sur le spectre radio, en émission comme en réception.

Les bénéfices de cette technologie ? Non seulement une bande passante optimisée, mais aussi moins de composants à implémenter, diminuant le coût de fabrication des smartphones et tablettes tout en prolongeant l’autonomie de leur batterie.

Fondateur de DelfMEMS et désormais chargé du marketing, Olivier Millet mentionne aux Echos des gains de l’ordre de “20 à 30%” en termes de consommation électrique.

L’accord de sous-traitance noué avec l’Américain Tronics est toujours d’actualité pour viser le segment porteur des smartphones, dont Gartner estime qu’il s’en vendra 700 millions à l’horizon 2016.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : armé pour choisir le bon microprocesseur ?

Crédit photo : amadorgs – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur