Le concierge privé d’AccorHotels s’appelle John Paul

EntrepriseFusions-acquisitions
accorhotels-john-paul
2 4

AccorHotels poursuit son incursion dans les « nouveaux métiers » en prenant le contrôle de John Paul, exploitant d’un service de conciergerie privée.

AccorHotels avance ses pions dans les métiers connexes à l’hôtellerie traditionnelle.

Après plusieurs opérations stratégiques dans le domaine de la location de résidences privées, le groupe français monte en puissance dans les services de conciergerie en prenant le contrôle d’un spécialiste : John Paul.

Cette société fondée en 2007 à Paris propose – éventuellement en marque blanche – des services de relation client premium et de fidélisation des salariés. Elle compte, dans son portefeuille, des références telles que L’Oréal, Air France, DS Automobiles, Lexus et Visa.

Son périmètre d’activité s’est élargi il y a quelques mois avec l’acquisition du concurrent américain LesConcierges. Le nouvel ensemble, qui compte plus d’un millier d’employés, vise 60 millions de dollars de chiffre d’affaires sur l’année 2016 et 150 millions en 2017.

AccorHotels prend une participation de 80 % dans John Paul, sur la base d’une valorisation à environ 150 millions de dollars. Le président-fondateur David Amsellem (diplômé de Supélec Pars ; ancien trader) conserve le reste du capital… et les rênes de l’entreprise.

Vers les « nouveaux métiers »

Le groupe hôtelier va notamment pouvoir établir des synergies entre les 27 millions de membres de son programme de fidélité « Le Club AccorHotels » et la base de 3 millions de clients – dont 15 % de voyageurs d’affaires – revendiquée par John Paul, qui dit annonce par ailleurs un réseau de « 50 000 partenaires dans 50 pays ».

Pour Sébastien Bazin, P-DG d’AccorHotels, la division de gestion hôtelière du groupe réalisera, à terme, un tiers de son chiffre d’affaires dans ces « nouveaux métiers » que constituent la conciergerie et les plates-formes de distribution en ligne.

En la matière, AccorHotels s’est offert le britannique onefinestay : 148 millions d’euros mis sur la table pour cet « Airbnb du luxe » exploitant un service de location de résidences privées avec services hôteliers, aussi bien en mode C2B (pour les déplacements professionnels) qu’en C2C (pour les loisirs).

En début d’année, il y avait eu cette prise de participation, à hauteur de 49 % du capital, dans la start-up parisienne Hotel Homes, qui exploite, sous la marque Squarebreak, une plate-forme de location de logements touristiques haut de gamme en France, en Espagne et au Maroc.

En parallèle, AccorHotels avait pris une participation minoritaire dans Oasis Collections, entreprise argentine qui propose des hébergements et des services personnalisés en Europe et sur le continent américain, avec un focus sur les voyageurs d’affaires.

Crédit photo : rangizzz – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur