Concours SDMI : les chercheurs publient leurs résultats

Cloud

Après maints rebondissements, l’équipe de chercheurs américains vient de publier la méthode qui leur a permis de contourner les protections de la SDMI. La RIAA assure qu’elle ne les poursuivra pas, mais l’affaire incarne les difficultés des chercheurs à présenter leurs résultats.

“La démonstration que la RIAA ne veut pas que vous voyez…” Voici comment est présentée la publication des résultats de l’équipe de scientifiques emmenée par Edouard Felten. Le document est d’ailleurs intitulé “Lecture entre les lignes : Leçons tirées du concours SDMI” (“Reading between the lines : Lessons from the SDMI challenge”). Il vient enfin d’être présenté officiellement ce mercredi 15 août par Scott Craver, membre de l’équipe de Felten et coauteur de la publication, comme prévu lors du Usenix Security symposium qui s’est tenu à Washington. Le document est disponible sur le site du symposium. “Le fait que Scott [Craver] ait pu donner cette conférence représente une victoire, mais c’est une victoire en demi-teinte”, a commenté Edouard Felten, lors d’une discussion après la présentation des résultats. “L’industrie [de la musique] ne voulait pas nous donner son accord pour la publication du reste de notre travail. Il n’existe aucune protection pour tout ce que l’on écrit, pour tout ce que vous écrivez. L’industrie de la musique veut encore un contrôle éditorial sur tout ce que l’on peut dire”, a-t-il regretté, faisant allusion à la saga qui a précédé cette publication. “Il y a un gros nuage qui menace la recherche que nous poursuivons et nous ne nous sentons pas à l’aise en faisant ce que l’on fait d’habitude”, a-t-il ajouté.

Le chercheur a bénéficié du soutien de l’Electronic frontier foundation (EFF) dans son combat pour la divulgation des résultats. Suite au concours organisé par la SDMI (Secure digital music initiative) pour tester des technologies de protection de la musique (voir édition du 15 septembre 2000), l’équipe du chercheur désireuse de présenter sa méthode avait dû aller avec l’EFF jusqu’à assigner la RIAA et la SDMI en justice (voir édition du 8 juin 2001). La RIAA affirme de son côté qu’elle n’a jamais menacé les scientifiques de les traîner en justice (voir édition du 13 juillet 2001). Le jugement n’a d’ailleurs toujours pas été rendu. Le document publié ce mercredi conclut que si la technique de watermarking (empreinte numérique) est bien une technologie de sécurité valable, elle n’est pas intéressante pour protéger les contenus audio car elle coûte trop cher et peut être contournée assez aisément.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur