Concurrence, données personnelles : le cas de Google reste problématique en Europe

Régulations

La Commission européenne et le G29 (avec la CNIL en première ligne) exigent toujours que Google fasse des efforts pour respecter les règles de concurrence et de protection des données personnelles.

Google reste toujours dans le radar des instances européennes. Et elle se retrouve sur deux fronts en simultané : Commission européenne et G29 (via la CNIL).

La rentrée promet d’être chaude pour la firme Internet de Mountain View.

Dans le prolongement de la publication des résultats financiers de Google du deuxième trimestre 2012, Reuters a appris que la direction de la concurrence de la Commission européenne exige des concessions sur le fonctionnement du moteur sur l’ensemble des plateformes (ordinateurs, tablettes et appareils mobiles).

Si Google ne suit pas les préconisations de Bruxelles en matière de respect des règles de concurrence, le groupe Internet risque une lourde sanction financière.

En juin, Google avait proposé des solutions pour calmer le jeu avec la Commission européenne, qui a initié à son encontre une procédure pour abus de position dominante.

Plusieurs firmes ou sociétés Internet, qui développe des outils de recherche thématiques ou/et des services publictaires (comme Microsoft, Twenga, eJustice.fr, Expedia…), avaient porté plainte devant les instances européenne pour dénoncer l’influence présumée trop grande de la plus célèbre firme Internet orientée search.

Parallèlement, la CNIL poursuit l’examen de la nouvelle politique de confidentialité des services Google.

En mars, une série de 69 questions relatives à ce sujet avait été envoyée à la firme de Mountain View.

Le 10 juillet, en présentant son rapport d’activité 2011, l’instance française en charge de la protection des données personnelles a déclaré qu’elle comptait publier un compte-rendu de ses travaux avec le complément d’ici la rentrée.

“Nous allons étudier de façon extrêmement approfondie et nous allons faire un rapport des enseignements, des constats que nous en tirerons”, a déclaré Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL.

Un échange a lieu entre la CNIL (chargée de faire la jonction avec le groupe de travail européen G29 en charge de la protection des données) et Google sur le sujet mais les réponses apportées par le groupe Internet restent partielles.

Crédit photo : © Nyul – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur