Conduite autonome : Baidu met Apollo à contribution

Mobilité
baidu-projet-apollo-conduite-autonome

Baidu, le leader chinois de la recherche en ligne, exploite son expertise IA pour accélérer dans la conduite autonome en constituant un « écosystème ouvert ».

Impressionnante initiative de Baidu dans la conduite autonome. Le « Google » chinois, qui parie sur l’essor de l’intelligence artificielle, vient d’annoncer Apollo.

C’est le nom d’une plateforme « ouverte, complète et fiable » d’une plateforme logicielle destinée à ses partenaires dans le secteur automobile pour avancer sur un socle commun et développer des briques hardware et software autour.

« L’intelligence artificielle a un énorme potentiel pour influer sur le progrès social, et l’une des plus grandes opportunités porte sur les véhicules intelligents », estime Qi Lu, l’expert technologique qui a pris les fonctions de directeur général chez Baidu en début d’année après son départ de Microsoft. Mais les mouvements peuvent aussi se faire en sens inverse : Andrew Ng, Chief Scientist qui dirigeait les travaux IA au sein de la firme IT chinoise, a annoncé sa démission en mars.

Le projet Apollo est un package incluant un socle de développement pour le matériel automobile et informatique, le logiciel et des services associés d’exploitation de données dans le cloud. Le groupe Internet chinois assure qu’il mettra le code en open source à disposition de la communauté à constituer.

Ce déploiement devrait permettre d’ériger une alliance internationale et de limiter la barrière d’entrée autour de la R&D associée à la conduite autonome. Selon le communiqué de Baidu, le constructeur automobile chinois Chery a officialisé son partenariat avec Baidu sur ce projet, tout comme NextEV spécialisée dans le sport automobile.

Le « Google chinois » s’est fixé un cap en la matière. Il commencera à ouvrir sa technologie de conduite autonome à partir de juillet mais sous forme d’un « environnement restreint ».

D’ici la fin de l’année, il compte partager plus largement son expertise dans ce domaine dans un contexte de circulation urbaine. D’ici 2020, il devrait atteindre son plus gros potentiel technologique dans ce domaine, en vue d’une application sur les autoroutes.

De quoi mettre la pression sur l’ensemble de l’écosystème innovant dans le secteur automobile avec des acteurs qui se distinguent comme Tesla, Uber ou Waymo (Alphabet et Google). Sans compter sur l’implication des constructeurs automobiles traditionnels qui ne veulent pas rater le coche de cette course technologique et les milliers de start-up dans le monde (USA, Europe, Asie) qui cherchent un point d’ancrage durable dans le segment.

En octobre 2016, Baidu avait annoncé la création d’un fonds de 200 millions de dollars destiné au développement de l’AI. Le projet Apollo en est une illustration.

Au  fait, pourquoi ce nom ? Vous ne vous trompez pas : il s’agit bien d’un hommage au programme spatial de la NASA dans la période 1961 – 1975 qui a permis aux États-Unis d’envoyer pour la première fois des hommes sur la Lune.

Mais, en matière de conduite automobile, la contribution d’Apollo pourrait se révéler déterminante pour que la Chine décroche la lune aux dépens des USA.

(Crédit photo : les prototypes de voitures autonomes de Baidu)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur