Conduite autonome : BestMile compte gérer les futures flottes de véhicules

EntrepriseLevées de fondsMobilitéStart-up
bestmile-levee-fonds
3 3 Donnez votre avis

La start-up suisse BestMile lève 5,5 millions de dollars auprès de business angels mais aussi de Partech Ventures, Serena Capital et Airbus Ventures. Elle croise sur son chemin des jeunes pousses françaises.

On a encore du mal à imaginer les nouveaux services qui vont émerger avec la conduite autonome. Mais BestMile va couvrir un besoin essentiel : la gestion de flotte des véhicules 100% automatiques.

La start-up suisse vient de boucler un tour de table de 5,5 millions de dollars effectué en deux étapes. Après avoir fait appel des investisseurs individuels dans le courant de l’été 2016, elle s’est tournée vers des institutionnels pour parachever le financement.

Elle a trouvé deux millions de dollars en provenance de Partech Ventures, Serena Capital et Airbus Ventures.

Les fonds serviront à poursuivre les développements technologiques, le recrutement (vente et marketing) et consolider sa présence entre l’Europe et les USA (la jeune pousse dispose d’un bureau à San Francisco).

BestMile a été fondée en 2014 par deux anciens étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Raphael Gindrat est CEO et Anne Mellano occupe les fonctions de vice-présidente en charge des opérations).

Mais un nouveau Chief Technology Officer vient de rejoindre la start-up installée à Lausanne : Zhao Lu (ex- IBM, Easy Table et consultant de start-up dans la Silicon Valley).

La technologie de la jeune pousse permet de gérer des flottes d’automobiles ou de navettes et d’exploiter des données extraites des paramètres des véhicules en vue d’une analyse en temps réel.
BestMile dispose de références comme PostBus (le plus grand opérateur de transport en Suisse), Local Motors, Trapeze et GoMentum Station (USA).

Elle a participé au projet pilote CityMobil2 en Lausanne réalisé en 2015 avec la participation de la start-up française EasyMile qui a fourni un modèle de navette autonome. Mais aussi au test mené en 2016 à Sion (canton du Valais) avec une navette SmartShuttle fourni par le concurrent Navya.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur