Conduite autonome : Intel roule avec Mobileye au CES 2018

Poste de travail
intel-ces-2018

Le duo Intel-Mobileye élargit son cercle de partenaires dans la conduite autonome, notamment sur le volet de la cartographie.

La conduite autonome, c’est mieux à deux… tout du moins pour Intel.

Les annonces que le groupe américain a faites sur cette thématique lors de sa conférence au CES 2018 avaient un dénominateur commun : Mobileye.

Intel avait déboursé plus de 15 milliards de dollars pour s’offrir, l’an dernier, cette société israélienne spécialisée dans les technologies de conduite (semi-)autonome.

Effective depuis août dernier, la prise de contrôle avait entraîné un remaniement du top management : le principal dirigeant Ziv Aviram avait laissé sa place à Amnon Shashua.

L’intéressé – qui a conservé en parallèle les fonctions de directeur technique – a fait son arrivée sur scène… en véhicule autonome, rejoignant Brian Krzanich.

Le CEO d’Intel venait d’affirmer, sans donner de source précise, que la conduite autonome pourrait « sauver 1,25 million de vies », faire gagner à chaque personne 157 heures par an et, dans le même temps, réduire de 150 milliards de dollars les dépenses en carburant aux États-Unis.

Conduite à la carte

Les puces et les logiciels de Mobileye sont aujourd’hui intégrés dans les systèmes d’aide à la conduite de 24 millions de véhicules, dont 9 millions équipés en 2017, assure Amnon Shashua.

Une trentaine de pilotes ont été menés l’an dernier avec 27 constructeurs parmi lesquels Ford, Audi, Honda, Nissan et Hyundai.

Une quinzaine de programmes doivent entrer en production en 2018 avec, en ligne de mire, la 5e génération des puces Mobileye (EyeQ5), capable d’effectuer 24 milliards d’opérations par seconde pour une enveloppe thermique de 10 W.

Au-delà de l’informatique embarquée, l’autre pilier de la conduite autonome réside dans la cartographie.

Pour maintenir les données à jour, Mobileye a mis en place, sur le modèle du crowdsourcing, un dispositif de collecte de données (« Road Experience Management »). Ces dernières sont compressées – à hauteur de 10 ko au km* – pour assurer leur transmission sur les réseaux sans fil.

BMW, Volkswagen et Nissan vont apporter leur contribution dès cette année sur quelque 2 millions de véhicules. En Chine, le groupe automobile SAIC Motor rejoint la boucle pour constituer un « carnet de route » qui sera intégré dans les cartes de son compatriote NavInfo.

* Sachant que, selon Intel, un véhicule autonome produira en moyenne 4 To de données par jour à l’horizon 2020, contre 1,5 Go pour un individu (40 To pour un avion connecté et 1 Po pour une usine connectée).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur