Confidentialité : la FTC scrute le dossier Snapchat

Cloud
snapchat-ftc-confidentialite

Le gendarme américain de la concurrence demande à Snapchat de régulariser sa gestion des données personnelles et d’améliorer la sécurité de son application mobile.

Snapchat fera l’objet d’audits réguliers de confidentialité durant les 20 prochaines années. La jeune société fondée en 2011 par Bobby Murphy et Evan Spiegel a été mise à l’amende par la Federal Trade Commission.

Le gendarme américain de la concurrence a constaté de multiples irrégularités dans la gestion de la vie privée des internautes qui utilisent l’application mobile développée par Snapchat. Pour mémoire, celle-ci permet d’envoyer des images et des vidéos – et depuis peu, des messages texte – qui disparaissent après un court laps de temps. Le correspondant reçoit une alerte à l’arrivée d’un nouveau message et dès lors qu’il déclenche la lecture, il dispose d’une, deux, trois ou dix secondes avant que ledit message ne s’autodétruise.

Surfant sur la prise de conscience globale de la population connectée après les révélations d’Edward Snowden dans le dossier PRISM, Snapchat a séduit un public plutôt jeune, composé majoritairement d’étudiants qui s’échangent désormais plus de 500 millions de fichiers par mois.

Mais selon la FTC, ces utilisateurs ont été trompés sur le caractère “éphémère” des contenus publiés. Illustration avec les vidéos, qui peuvent être récupérées en connectant le smartphone à un ordinateur. Ou avec les images, qui peuvent, exclusivement sur l’iPhone, être sauvegardées par une capture d’écran… sans que l’expéditeur soit averti.

La politique de confidentialité actuelle – mise à jour en date du 1er mai – est claire sur ce point : “Les messages stockés temporairement sur les terminaux mobiles peuvent être accessibles […] y compris après leur suppression. Ceux qui veulent s’assurer que le(s) destinataire(s) de leur(s) message(s) ne puissent en garder une copie […] ne devraient pas utiliser Snapchat”.

Présidente de la FTC, Edith Ramirez évoque tout de même un défaut global d’information des utilisateurs et cette “fausse impression de sécurité” donnée aux utilisateurs de l’application. En la matière, Snapchat traîne effectivement plusieurs boulets. Notamment cette faille dans le service “Find a Friend” qui a exposé, début janvier, les données personnelles de 4,6 millions d’utilisateurs.

L’accord signé ce jeudi avec la FTC inclut des engagements fermes sur ce point. Dans un autre registre, Snapchat devra régulariser ses pratiques de collecte de données. L’entreprise est accusée de récupérer, sans le consentement des utilisateurs, des informations de géolocalisation via son application Android. Elle aurait par ailleurs scanné les carnets d’adresses sur les appareils Apple (iPhone, iPad, iPod) jusqu’à la sortie d’iOS 6.

En cas de non-alignement, Snapchat pourrait écoper de sanctions financières à hauteur de 16 000 dollars par infraction constatée. Rappelons que la jeune société, qui a réalisé sa dernière levée de fonds fin 2013 (50 millions de dollars pour son 3e tour de table), a déjà refusé une généreuse offre de rachat formulée par Facebook.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous le langage high-tech ?

Crédit photo : Croisy – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur