Confidentialité : Google répond à la CNIL mais ne change rien

Marketing

Les nouvelles règles de confidentialité de Google seront bien mises en œuvre dès demain malgré les réticences exprimées par les CNIL européennes.

Hier, la CNIL adressait une lettre à Google, critiquant ses nouvelles règles de confidentialité et lui demandant de repousser leur mise en application.

Google lui a répondu par la voix de Peter Fleischer, en qualité de Global Privacy Counsel, qu’il est trop tard pour changer de date, 350 millions d’utilisateurs ayant été avertis que le changement s’opérait…demain.

Dans cette lettre de réponse, le “Mr Confidentialité de Google” explique :

Nous sommes convaincus que nous avons trouvé un juste équilibre avec les recommandations du groupe Article 29 : ‘rationaliser et simplifier’ nos politiques tout en fournissant ‘une information complète’ aux utilisateurs.”

Il ajoute être persuadé que le nouveau texte respecte toutes les règlementations européennes, alors même que la CNIL assurait après son enquête préliminaire (menée au nom de toutes les CNIL européennes) que le texte ne respecte pas la Directive européenne sur la protection des données (95/46/CE, elle-même en cours de révision).

Pour l’autorité indépendante française en charge de la protection de la vie privée, la simplification et la généralisation des règles de confidentialité ne permet plus aux utilisateurs de savoir précisément quelles données sont collectées par Google dans chaque service, et ce que le moteur de recherche en fait.

Google assure que le simple fait de pouvoir enfin comprendre ces règles de confidentialité est un énorme pas en avant.

Le groupe Internet précise que les utilisateurs ont toujours autant de contrôle qu’avant sur leurs données, notamment à travers le Dashboard et la possibilité de facilement récupérer leurs données en format libre.

Mais la vraie épine dans le pied, selon la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, c’est la possibilité que s’offre Google de croiser les données entre les différents services.

Peter Fleischer se garde bien d’aborder cette question dans sa réponse.

Il assure cependant que Google sera heureux de répondre aux questions de la Commission, et se propose même de venir s’expliquer à la prochaine réunion du groupe de l’Article 29 (qui rassemble toutes les CNIL d’Europe) en mars.

Logo : © kebox – Fotolia.com.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur