Tony Fadell (Keyssa) vs Andy Rubin (Essential): rififi entre deux figures de la Silicon Valley

JuridiqueManagementMobilitéRégulationsRéseaux
tony-fadell-keyssa-vs-andy-rubin-essential

Les start-up de Tony Fadell (iPod par Apple) et Andy Rubin (ex-Mr Android de Google) s’opposent en justice. Motif : vol de secrets de technos de connectivité mobile.

Tony Fadell vs Andy Rubin. Un litige oppose les deux créateurs célèbres qui ont marqué la sphère numérique avec leurs inventions et qui ont repris chacun de leur coté  leurs casquettes de start-uppers.

D’un côté, nous avons Tony Fadell, l’ingénieur américain qui se trouve derrière la conception du baladeur numérique iPod d’Apple mais aussi de Nest (spécialiste des objets connectés pour la maison, propriété d’Alphabet/Google depuis 2014). 

Après avoir quitté le groupe  Internet, Tony Fadell a apporté son soutien à Keyssa, une start-up californienne qui veut réinventer les technologies de connecteur. 

Elle permettent à des terminaux mobiles de se connecter à des périphériques tels que des caméras, sans usage de connexions filaires ou de technologies radio standardisées (telles que le Bluetooth et le Wi-Fi) en accélérant les débits. Sa solution baptisée Kiss Connectivity repose une puce dédiée.

En août, la pépite Keyssa, conseillée par Tony Fadell, a signé un accord stratégique avec Samsung et  Hon Hai Precision Industry (alias Foxconn) pour transformer la technologie de connecteurs en une fonctionnalité standard dans les nouvelles générations de terminaux mobiles.

De l’autre côté, nous avons une autre personnalité tout aussi brillante : Andy Rubin. L’ex-Mr Android de Google a monté un start-up baptisée Essential Products Inc qui a conçu un smartphone nouvelle génération.

En début de semaine, une plainte pour vol de secrets commerciaux a été déposé par Keyssa (Tony Fadell) à l’encontre d’Essential Products (Andy Rubin) devant un tribunal fédéral à San Francisco, selon Reuters.

Une affaire présumée de vol de secrets commerciaux

Le conflit porterait sur les technologies de connecteurs intégrées dans le PH-1, le premier smartphone lancé en septembre par Essential Products.

Keyssa reproche à la partie adverse d’avoir brisé des discussions portant sur le design du smartphone PH-1. Celui-ci exploite finalement une autre puce que celle de Keyssa afin d’effectuer précisément le transfert de données entre le smartphone et un module caméra à 360 degrés.

La puce finalement retenue a été développée par SiBEAM, une division de Lattice Semiconductor.

Selon Keyssa, des discussions avaient été entamées durant dix mois avec Essential sous le sceau de la confidentialité pour favoriser l’intégration de sa propre technologie de connecteur.

La start-up soutenue par Tony Fadell s’estime ainsi lésée car l’Essential Phone intègrerait plusieurs technologies développées par ses soins, allant des modèles d’antennes aux méthodes de test des smartphones sur la ligne de production en passant par les connecteurs sans fil.

“Keyssa n’a pas bénéficié de compensations pour l’usage par Essential de ses préconisations et de son savoir-faire », évoque Keyssa dans un e-mail adressé à Reuters.

« Nous avons lancé une action en justice parce que nos tentatives pour résoudre cette affaire à l’amiable n’ont pas abouti. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur