Connectix 1, Sony 0

Mobilité

Suite à la sortie d’un émulateur Playstation sur MacOS, Sony avait engagé un procès contre l’éditeur Connectix pour violation de copyright. Le japonais a été débouté de sa demande.

Après un an de procès et une première décision, interdisant à Connectix de distribuer Virtual Game Station, son émulateur PlayStation sur Mac, le tribunal américain vient de débouter Sony et autorise Connectix à reprendre le développement et la distribution de son produit. Que reprochait-on à Connectix ? Il permet tout simplement de jouer aux jeux dédiés à la console de Sony sur son Mac, à condition de posséder un G3 ou un G4. Mais la firme japonaise n’avait nullement apprécié ce logiciel et avait décidé de porter plainte contre Connectix pour violation de copyright. Sony reprochait à Connectix d’avoir copié illégalement le contenu du BIOS de la PlayStation. Connectix se défendait en proclamant être arrivé au même résultat par un procédé de reverse engineering. Ce qui signifie que les développeurs auraient étudié en détail le fonctionnement du BIOS de Sony pour le reproduire, mais sans toucher aux propriétés du constructeur. Cette pratique est désormais courante dans le monde informatique pour contourner les problèmes de copyright et de licences.Le tribunal a estimé que le procédé utilisé par Connectix ne violait en rien les droits de Sony. Il autorise de nouveau l’éditeur à vendre Virtual Game Station. Connectix a tout de suite annoncé que la version Windows sortirait dans les prochaines semaines. Cette décision pourrait faire jurisprudence dans des procès similaires. Pour le moment, l’émulateur n’est vendu qu’aux Etats-Unis. La décision du tribunal est disponible sur le site de la cour d’appel américaine. C’est un dossier de 25 pages, plutôt techniques, et rédigées en anglais. Pour en savoir plus : * Procès Sony/Connectix * Le site officel de l’émulateur de Connectix


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur