Contrôle d’accès : le projet open source Adminproxy est lancé

Cloud

Cette solution, développée par un consortium open source, devrait uniformiser le contrôle des accès aux équipements et applications du système d’information.

Proposer une solution open source d’identification aux entreprises et aux administrations publiques. Tel est l’objectif du consortium Adminproxy composé de Wallix, Mandriva, Eclips (groupe Alter Way), Aquarelle Groupe, Oppidia et du laboratoire de recherche LIP6 (Université Paris 6).

Ce projet, qui est labellisé par par le pôle de compétitivité System@tic Paris bénéficie d’une subvention de 3,3 millions d’euros émanant de diverses sources : Direction Générale des Entreprises (Ministère de l’Economie), Fond Unique Interministériel et plusieurs collectivités territoriales (conseil régional d’Ile de France, conseils généraux des Hauts-de-Seine et des Yvelines).

La solution, “innovante” devrait permettre “aux directions informatiques d’uniformiser le contrôle des accès aux équipements et applications du système d’information“. “Cette solution n’a pas d’équivalent”, assure Jean-Noël de Galzain, P-DG de Wallix,  qui s’implique dans ce projet.

ON peut comprendre son intérêt. Cet éditeur développe et commercialise AdminBastion, une solution d’administration qui permet de tracer toutes les actions réalisées au sein d’un système d’information d’une entreprise (voir Vnunet TV).

Pour réaliser un logiciel identique, il faudrait mélanger des solutions propriétaires et libres puis les déployer. Ce serait cher et ça prendrait beaucoup de temps. (… ) Adminproxy s’appuie sur l’existant, gère un grand nombre d’équipements et un grand nombre d’accès“, poursuit Jean-Noël de Galzain.

Le consortium, qui assurera les mises à jour du logiciel, espère également donner naissance à une communauté composées de développeurs et de partenaires. Leurs contributions pourront notamment servir à l’amélioration du logiciel.

Première bêta prévue d’ici la fin de l’année

La solution est destinée à répondre autant aux besoins en sécurité d’une entreprise que de l’administration. “La solution sera examinée par la DCSSI (direction centrale de le sécurité des systèmes d’information), rattachée au secrétariat de la défense nationale qui dépend directement des services du Premier ministre”, explique Jean-Noël de Galzain. Autrement dit, Adminproxy devrait présenter des garanties de sécurité élevées.

Adminproxy sera librement exploitée par les membres du consortium et intégrée à leurs futures offres commerciales. “Wallix va développer une appliance embarquant Adminproxy et la proposer aux professionnels dans des offres packagées” indique Jean-Noël de Galzain.

La première mouture du logiciel, en version bêta, devrait être disponible à partir de la fin de l’année 2009. La version définitive sera quant à elle disponible à partir de l’année 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur