Convention VoIP (1) : les enjeux d’intégration de la VoIP au sein d’une PME

Mobilité

Réduction des coûts, productivité et mobilité…Cinq experts télécoms ont
débattu des principaux avantages des solutions de voix sur IP au sein d’une PME.

Comment vendre la voix sur IP (VoIP) à une PME ? Plusieurs experts se sont penchés sur cette question à l’occasion d’une table ronde organisée mardi sur le salon Convention VoIP qui s’est déroulé entre le 7 et 8 novembre à Paris.

Pour Philippe Lasserre, directeur technique solutions d’entreprises chez Alcatel, il est nécessaire de prendre en considération des aspects différents : “Il faut d’abord envisager le raccordement de l’entreprise au réseau de l’opérateur. Ensuite, on peut envisager la VoIP à l’intérieur de l’entreprise“. Le marché de la VOIP est arrivé au stade de la maturité avec une évolution des standards. Il faut maintenant éduquer ce marché et proposer des solutions viables au niveau de l’accès et des services.

La première raison d’intégrer la VOIP dans une entreprise est la réduction des coûts“, assure Philippe Lasserre. Plus largement, pour accompagner les clients vers la VoIP, il faut intégrer les fonctions téléphoniques avec les applications métiers de l’entreprise. Autres avantages de la VoIP pour une entreprise, selon Olivier de Nomazy, responsable marketing solutions PME chez Nortel : “Si le prix demeure le critère principal pour une PME, la productivité et la mobilité sont également des gains qu’apporte la VOIP“. C’est à l’intégrateur de montrer que le gain est réel.

Une mutation technologique

Reste que le marché a fait montre d’une véritable mutation technologique, ce qui a conduit à l’accroissement du coût du terminal. C’est aujourd’hui un gros frein à l’adoption de la VOIP dans les TPE“, soutient Jérôme Arnaud, directeur général Europe du Sud chez Doro, distributeur de produits de télécommunication. “Pour que les entreprises adoptent des softphones, il faut simplifier le message sur la VoIP à destination des PME“, ajoute-t-il.

Par ailleurs, les TPE et les PME n’ont pas les mêmes besoins. “Dans les TPE, les produits de VOIP sont faciles à installer. Dans les PME intégrant jusqu’à 30 utilisateurs, les produits sont très compacts et tout est intégré. Dans ce cas, la VoIP est utilisée pour mutualiser le réseau LAN et la mobilité“, précise Jérôme Schleicher, directeur marketing et stratégie chez Siemens. “Dans beaucoup de PME, le PABX (central téléphonique privé) est amorti. L’optimisation est à réaliser sur la partie abonnement. Il s’agit de passer en dégroupage“, propose David Chassan, directeur business développement chez l’opérateur télécom Vivaction.

Par ailleurs, les PME sont très demandeuses en matière de Wi-Fi. “Le terminal GSM est important pour une PME. Il permet de se déplacer dans les locaux, de bénéficier d’une messagerie unifiée. Il est important de proposer des solutions globales intégrant, au-delà d’un service technologique, un accès Internet“, souligne Olivier de Nomazy de Nortel.

Le Wi-Fi en entreprise permet à la fois de bénéficier d’un accès data mais également de faire passer de la voix. “D’où l’intérêt d’héberger des téléphones bimodes dans les petites entreprises. En outre, le Wi-Fi permet à un chef d’entreprise de travailler de chez lui. Le passage du Wi-Fi au cellulaire assure une continuité de l’appel en dehors ou à l’intérieur de l’entreprise. Le Wi-Fi permet d’avoir accès à des règles de gestion des appels“, assure Philippe Lasserre d’Alcatel.

“Seuls 10% des systèmes vendus sont full IP”

Reste ensuite à bien segmenter les offres pour les PME. Mais la technologie IP est loin encore d’être largement répandue au sein des PME : “Seuls 10% des systèmes vendus sont full IP. 90% sont des technologies traditionnelles car plusieurs freins demeurent : le prix des postes, de l’infrastructure, du LAN, de l’administration. C’est à partir de 2007 que l’on devrait voir fleurir des solutions IP efficaces au niveau du prix“, ajoute Philippe Lasserre. Mais les solutions qui décollent le plus aujourd’hui sont les solutions hybrides.

“La partie Centrex [système de commutation téléphonique évitant à une entreprise d’avoir à se payer son propre autocommutateur, ndlr] se heurte aux problématiques des réseaux locaux. D’où l’intérêt d’un intégrateur pour accompagner les PME dans le changement en termes d’équipement et de déploiement des postes. En outre, le Centrex demande un investissement“, indique David Chassan. Il existe un problème dans les pré-requis du réseau LAN pour le Centrex. “Cela suppose un travail avec les distributeurs et les intégrateurs locaux“, souligne Jérôme Schleicher. Une entreprise choisit ce que choisit l’intégrateur donc il est important que les intégrateurs évoluent.

Quid de Skype au sein des PME ? “Au sein des entreprises, Skype est le choix des utilisateurs, pas des PME en elles-mêmes. Skype a un intérêt pour tester la qualité de la VoIP“, ajoute Olivier de Nomazy de Nortel. “Les PME et TPE ne sont pas très technophiles. Donc, Skype est un bon investissement pour elles“, affirme Jérôme Arnaud de Doro qui distribue des produits télécoms compatibles Skype.

A lire aussi sur le même thème : Convention VoIP (2) : comment sensibiliser les TPE à la voix sur IP ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur