Copresence : l’échange de données entre iOS et Android selon Google

CloudMobilitéOS mobiles

Google pourrait bientôt lancer Copresence, une nouvelle fonctionnalité de partage de données entre terminaux mobiles Android mais aussi iOS.

Copresence a d’abord été repéré grâce à une documentation sur une API pour Chrome. C’est maintenant Android Police qui a détecté sa présence dans le tout dernier fichier APK de Google Play Services.

La nouvelle fonctionnalité de Google permettrait de partager des données entre terminaux mobiles, qu’il s’agisse d’appareils évoluant sous Android ou bien iOS (iPad ou iPhone).

Copresence exploiterait les informations de localisation ou bien le Bluetooth. Elle fait d’emblée penser à AirDrop d’Apple qui permet également de partager des données entre appareils iOS et exploite le Bluetooth Low Energy pour découvrir les utilisateurs situés à proximité afin d’initier le transfert de données via le Wi-Fi. Récemment, le partage via AirDrop s’est étendu à OS X au gré de la version Yosemite et de la fonctionnalité « Continuité ».

De son côté, Copresence pourrait bien faire ses débuts avec Android 5.0 « Lollipop », la toute nouvelle version de l’OS mobile de Google.

Avec un choix délibéré de la part de l’utilisateur (fonctionnement en mode « opt-in »), Copresence offrirait aussi la possibilité de partager des données sans avoir à passer par le cloud comme c’est le cas avec Google Drive ou bien AirDrop qui s’appuie sur iCloud.

Google a bien développé Android Beam qui fonctionne depuis Android 4.0 (Ice Cream Sandwich) et permet aussi de partager des données (images, pages web…) en approchant deux appareils dos à dos. Mais si l’échange se fait via le Bluetooth, son initialisation est effectuée grâce au NFC (Near Field Communication).

Cette connectivité n’est pas supportée par tous les terminaux Android et, si les nouveaux terminaux iOS (iPhone 6, iPhone 6 Plus, iPad Air 3 et iPad Mini 3) en sont pourvus, elle reste cantonnée à un usage exclusif avec Apple Pay.

Copresence utiliserait le Wi-Fi ou bien le Wi-Fi Direct pour effectuer les transferts de données entre terminaux. Google pourrait l’intégrer dans une prochaine itération de son application de messagerie instantanée Hangouts comme semble l’indiquer l’apk du Google Play Services.

De surcroît, à l’instar de la fonctionnalité Cast pour le Chromecast, elle pourrait être utilisée par les développeurs pour l’intégrer dans leurs propres applications.

La fonctionnalité n’est bien entendu pas sans rappeler l’application Bump (pour iOS et Android), tombée dans l’escarcelle de Google (tout comme Flock du même éditeur) suite à l’acquisition de son éditeur Bump Technologies en septembre 2013.

Malgré son succès (plus de 125 millions de téléchargements), la firme de Mountain View l’avait ensuite fermée le 31 janvier 2014 (tout comme Flock). Bump permettait de transférer des données entre deux terminaux mobiles, simplement en faisant le geste de les toucher. Via un algorithme, les serveurs de Bump exploitaient la localisation des smartphones, les données des accéléromètres, les adresses IP ainsi que des informations d’autres capteurs pour identifier les deux smartphones « bumpés ».

C’est cette technologie qui pourrait être exploitée par Google dans Copresence, tout comme celle déposée par IBM via un brevet (qui semble-t-il est maintenant entre les mains de Google).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur