Copwatch : la justice préfère couper tout le “site anti-flics”

Marketing
piratage-attaque-fraude-cybercrime Twitter

En référé, le ministère de l’Intérieur voulait supprimer des pages jugées diffamatoires d’un “site d’information contre les violences policières”. Le juge ordonne la supension totale en attendant une décision au fond.

On coupe tout. Vendredi après-midi, le tribunal des référés de Paris a ordonné le blocage complet du site Copwatch-Nord-Ile-de-France, apparu mi-septembre.

Celui-ci se présente comme une émanation d’un “collectif de citoyens souhaitant lutter par la transparence et l’information contre les violences policières”.

Mais le fait d’y trouver les noms et les photos d’environ 450 policiers en poste à Paris, en Ile-de-France et dans le Nord a déclenché une polémique.

A l’origine de cette action en justice initiée le 4 octobre (deux plaintes pour injures et diffamation), le ministère de l’Intérieur et des syndicats de police avaient protesté contre la publication de photos de représentants de l’ordre (police, gendarmerie) avec parfois des noms et des commentaires outrageants.

De son côté, le syndicat de police Alliance évoque un “fichage de policiers”.

Le tribunal des référés de Paris a considéré que le site hébergeait des éléments à caractère injurieux et qu’il ne respectait pas la protection des données personnelles.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avait juste demandé la suppression de dizaines de pages jugées litigieuses sur Copwatch-Nord-Ile-de-France.

Mais les FAI*, qui étaient également convoqués par la justice, ont considéré qu’il était impossible d’arriver à ce niveau de granularité en cas de filtrage requis (cela change des sites de jeux en ligne illégaux écartés à la demande de l’ARJEL).

Alors la juge Martine Provost-Lopin a pris une décision plus radicale : le blocage complet du site.

Cette interruption d’accès au site à partir du territoire national devra être maintenue  “jusqu’à ce qu’une décision au fond soit rendue”.

*Selon l’AFP, six services d’accès Internet étaient convoqués : Iliad-Free, France Telecom – Orange, SFR, Bouygues Telecom, Numéricable et Darty Telecom.

Crédit photo : ©-VRD-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur