Corée du Sud : le parti au pouvoir à l’origine d’une attaque DDoS

Cloud

Un scandale mêlant attaque DDoS et politique est en train de balayer les cadres du plus gros parti politique sud-coréen.

M. Gong, l’assistant d’un député du Grand Parti National (GNP en anglais), le parti politique au pouvoir en Corée du Sud, a été arrêté par la police du pays le 2 décembre dernier pour avoir organisé une attaque DDoS contre le site de la commission électorale du pays.

Cette attaque par déni de service était destinée à faire tomber le site d’information, qui liste tous les bureaux de vote disponibles, pour donner un avantage électoral au parti majoritaire lors de l’élection du maire de Séoul.

Les jeunes électeurs, qui selon le Wall Street Journal se rendent généralement aux urnes le matin, avant d’aller travailler, ont du coup eu beaucoup de mal à savoir où voter, dans ce pays parmi les plus connectés au monde.

Le GNP est un parti conservateur, dont la popularité est en chute libre depuis 2008, en particulier auprès des jeunes adultes.

Le scandale est tel que 3 des 7 dirigeants du GNP ont dû présenter leurs démissions.

Combiné aux autres problèmes auxquels est confronté le GNP, comme un très controversé accord de libre-échange avec les Etats-Unis, le président de ce parti, Hong Joon-Pyo,  propose de dissoudre le parti et de le recréer sous un nouveau nom avant les présidentielles de 2012.

Notons que le candidat du GNP à l’élection du 26 octobre a été finalement battu par un candidat indépendant.

Si aucun élu n’a pour l’instant été arrêté dans l’affaire du DDoS, les assistants de plusieurs députés GNP sont interrogés par la police anti-cyberterrorisme.

 

logo : © Yuri Arcurs – Fotolia.com, © Aelita – Fotolia.com, © Alexis – Net Media Europe


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur