Corée : la guerre virtuelle s’étend aux jeux vidéo

Cloud

Des hackers nord-coréens ont contourné les protections de plusieurs jeux en ligne de leur voisin du sud, pour amasser 6 millions de dollars en deux ans.

Le gouvernement de la Corée du Sud a révélé le 4 août dernier avoir arrêté 5 pirates à la solde de leur voisin du nord.

Selon le New York Times, ces hackers d’origine sud-coréenne et sino-coréenne ont collaboré une équipe de 30 pirates nord-coréens, formés et employés par Pyongyang et opérant depuis le nord de la Chine.

Ce dernier groupe de programmeurs d’élite, enrôlé dans l’armée de Kim Jong-il, a utilisé ses talents pour casser les protections des serveurs de jeux en ligne sud-coréens.

Les titres visés comprenaient les MMO très populaires “Lineage” et “Dungeon and Fighter” .

Ces piratages ont permis de créer des “usines” d’ordinateurs jouant automatiquement, et accumulant des points dans ces jeux.

Cette monnaie virtuelle permet d’acheter des équipements, des nouveaux looks pour ses personnages et d’autres biens numériques dans les jeux. Elle était vendue aux joueurs contre de “vraies” devises sur des sites spécialisés.

Les logiciels développés auraient également été vendus à d’autres groupes de pirates.

Cette activité totalement illégale aurait rapporté 6 millions de dollars en deux ans.

Une partie de la cagnotte a été partagée entre les 5 organisateurs et le groupe de 30 hackers, et une partie reversée au gouvernement de Pyongyang.

Les deux Corée sont toujours officiellement en guerre, et le front numérique est parmi les plus actifs.

Les autorités de Séoul accusent ainsi le régime communiste d’avoir propagé des virus ayant paralysé les sites gouvernementaux au début de l’année, et d’être responsable d’une attaque contre le réseau informatique d’une banque nationale.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur