Coup dur pour Tesla : un premier accident mortel

LégislationMobilitéRégulations
accident-mortel-tesla-pilotage-automatique
3 7

Aux USA, un Américain qui avait activé le mode pilotage automatique d’une Tesla Model S est décédé par accident. La sécurité routière enquête.

Tesla se retrouve dans une position délicate après la mort d’un conducteur d’une Model S (année 2015). Le 7 mai dernier, un Américain de 40 ans conduisait en mode « pilotage automatique » sur une route de l’Ohio. Selon les premiers éléments de l’enquête, le véhicule a heurté la remorque d’un poids lourd effectuant un virage à gauche au niveau d’une intersection.

Jeudi, la sécurité routière américaine (National Highway Traffic Safety Administration) a ouvert une enquête préliminaire sur 25 000 exemplaires de la Model S. Objectif : « examiner la conception et des performances de toute aide à la conduite en fonctionnement au moment de l’accident ». Cette procédure peut aboutir à un rappel si les véhicules concernés sont jugés dangereux.

Tesla tente d’expliquer le contexte de l’accident mortel. »Ni le pilotage automatique ni le conducteur n’ont remarqué le flanc blanc de la remorque dans un ciel lumineux, donc le frein n’a pas été activé. » Tout en poursuivant : « Le pilotage automatique s’améliore constamment mais il n’est pas parfait et oblige toujours le conducteur à rester en alerte. »

Dans une contribution blog en date du 30 juin, Tesla reconnaît que la mort de ce conducteur est une « perte tragique » mais le constructeur automobile nouvelle génération maintient toutefois que « le pilotage automatique » favorise la sécurité routière. « Il réduit les efforts à fournir de la part du conducteur et se traduit par une amélioration statistiquement importante de la sécurité par rapport à une conduite uniquement manuelle. » Mais ces discours rassurants se heurtent à la réalité.

C’est un coup dur pour la firme américaine dirigée par Elon Musk qui a écoulé 14 370 véhicules Tesla dans le courant du deuxième trimestre 2016.

La semaine dernière, lors du salon VIVA Technology à Paris, Eric Schmidt, Président exécutif d’Alphabet, expliquait que l’intelligence artificielle embarquée dans les technologies de conduite automatique va permettre de sauver des vies humaines, en s’appuyant sur le projet Google Self-Driving Project.

(Crédit photo : Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur