Coupe claire dans les télécommunications

Mobilité
Information - news

Tour à tour les équipementiers télécoms ont annoncé des suppressions massives d’emplois. Ericsson à lui seul supprimerait 20 000 emplois.

34 000. C’est le nombre d’emplois en passe d’être supprimés par les équipementiers télécoms dans les mois qui viennent. Le secteur connaît effectivement une très profonde crise. Nokia, le premier, a annoncé la suppression de 400 emplois, suivie de Nortel Networks avec 3 000 postes supprimés. Pourtant, le plus gros restait à venir. Hier, Ericsson, Lucent et Siemens annonçaient effectivement la suppression de 31 000 postes. Lucent qui comptait encore 123 000 employés, il y a un peu plus d’un an n’en comptera plus que 50 000 à terme. Le groupe allemand d’électronique Siemens, devrait supprimer 5 000 nouveaux emplois en 2002

De son côté Ericsson a décidé d’un nouveau plan de restructuration qui “coûtera”, en deux ans, 20 000 emplois. L’équipementier avait déjà annoncé en janvier

3 000 suppressions d’emplois. L’équipementier de télécoms suédois a annoncé des pertes plus importantes que prévu. Il souffre par ailleurs d’un recul de ses ventes avec un chiffre d’affaires du groupe qui a reculé de 25,7 %. La branche “Systèmes” (équipements de réseaux) d’Ericsson voit ses commandes décliner de 40 %. Seule la branche de téléphonie mobile progresse de 11 % par rapport aux trois derniers mois de 2001, grâce aux marchés émergents et aux Etats-Unis. Les difficultés n’échappent pas non plus au géant japonais NTT, premier opérateur nippon, qui, a annoncé, lui aussi, la suppression de 17 000 emplois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur