Coupe des effectifs : Sharp rase encore plus court

Régulations

La plan de restructuration de Sharp impliquera une coupe claire dans la masse salariale, à hauteur de 11 000 postes, soit 20% des effectifs.

Dans le cadre d’un plan de restructuration massive voué à entrer en application à l’horizon 2013, Sharp compte tailler dans ses effectifs, à hauteur de 11 000 postes.

Fin août, on parlait “que” de 5000 emplois supprimés.

En quête d’un second souffle dans la tourmente qui l’anime, le groupe high-tech japonais, spécialiste de l’électronique grand public, va ainsi congédier, sur les mois à venir, près d’un cinquième des 57 000 collaborateurs qu’il emploie à l’échelle du globe.

Des réductions de masse salariale destinées à “renforcer son chiffre d’affaires, mais aussi à améliorer son bilan financier” et sa situation vis-à-vis de ses créanciers, qui pourraient par là même lui accorder un nouveau prêt de 360 milliards de yens, soit 3,6 milliards d’euros.

C’est tout du moins ce que laisse entendre l’agence de presse nippone Kyodo*, reprise par The Next Web.

Sharp devrait en outre imposer une ponction généralisée des salaires et orchestrer une vente d’actifs échelonnée jusqu’en mars prochain, pour générer 213 milliards de yens, soit quelque 2 milliards d’euros.

Annoncé en août et entériné en marge du salon IFA de Berlin, ce plan concernait à l’origine 5000 employés, dont 3900 en poste au Japon et quelques-uns en zone Europe.

Il impliquait le départ volontaire de 2000 salariés, un accompagnement dans le retour à l’emploi pour qui cherchait des opportunités en dehors du groupe.

Le tout pour un coût évalué à 273,7 millions d’euros et imputé en tant que dépense exceptionnelle aux résultats financiers annuels de Sharp, dont l’exercice fiscal actuel s’achève le 31 mars 2013.

Au Japon, la charrette s’alourdit de départs anticipés à la retraite, vraisemblablement pour la mi-décembre au plus tard.

Les usines de production situées en Chine, en Malaisie et au Mexique devraient également en subir le contrecoup.

En parallèle, se trame un recentrage d’activités sur les écrans LCD pour téléviseurs et terminaux mobiles (smartphones, tablettes), ainsi que les appareils ménagers, segments plus porteurs que les photocopieurs, les climatiseurs, les ampoules LED et les cellules photovoltaïques.

Sur son exercice budgétaire 2011-2012, Sharp a enregistré une perte nette de 376,1 milliards de yens, soit environ 3,76 milliards d’euros.

Un accord a été trouvé au printemps avec le Taïwanais Hon Hai (Foxconn) pour une prise de participation à hauteur de 9,9% du capital, mais sur la base d’une action à 5,5 euros.

Or, le titre s’est effondré depuis lors, à 2,12 euros ce mardi en fermeture de séance au Nasdaq. A cet égard, les négociations s’éternisent.

* L’accès à cet article dans sa version intégrale est payant.

congédier environ un


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur