CPRM : IBM renonce à verrouiller ses disques durs

Mobilité

Le système d’anticopie CPRM ne verra pas le jour. Du moins, pas tel qu’il était défini initialement. A l’occasion d’un congrès du comité chargé de statuer sur la standardisation de nouvelles technologies, IBM a annoncé le retrait du projet CPRM… pour les disques durs. Les périphériques de stockage, eux, risquent de se voir imposer le système.

Selon un représentant d’IBM, les disques durs de Big Blue auraient du être équipés du CPRM (Copy Protection for Recorded Media) dès juin prochain. A l’occasion d’un congrès qui se tenait du 20 au 23 février à Austin (Texas), et réunissant les membres du T13 (le comité technique chargé de la question du CPRM pour une éventuelle standardisation), IBM a annoncé qu’il faisait marche arrière et annulait le projet. Rappelons que le CPRM est un système de protection de fichier proposé par le 4C Entity (un groupe de travail composé d’IBM, Intel, Matsushita et Toshiba) au NCTIS (National Committee for Information Technology Standards), l’organisme chargé de définir et valider les standards informatiques, dont les supports de stockage. En cryptant les données à partir d’une unique référence propre au disque dur, le CPRM rend impossible la copie de n’importe quel fichier vers un autre support, sauf à passer par un serveur de copie qui contrôle alors les droits pour chaque document (voir édition du 26 décembre 2000).

Un système très critiqué par les utilisateurs

Soumis au T13, le comité technique chargé de statuer sur la proposition du 4C, le CPRM a soulevé nombre de questions et de… protestations. Nombre d’utilisateurs ont fait part de leur désaccord face au projet (leurs e-mails ont été compilés sur le site sous la référence “e01107r0 Q & A’s on CPRM 2/14/01 anderson”). Si Andrew Hedrick, membre de la NTICS et activiste de la communauté Linux, avait proposé de rendre optionnelle l’activation de la protection, John Gilmore, cofondateur de l’Electronic Frontier Foundation, lançait radicalement le boycott des produits “CPRMisés” (voir édition du 10 janvier 2001). Résultat, dans cette même FAQ, un courrier référencé “e01103r0 Email concerning e00148, CPRM 1/9/01 mclean”, non signé mais émanant visiblement du 4C, essayait de calmer le jeu en tentant d’expliquer que les différents constructeurs n’avaient jamais cherché à imposer le système de protection.

Un malentendu ? Peut-être. En tout cas, le CPRM est pour le moment abandonné pour les disques durs. Mais pas pour les supports amovibles, notamment les DVD. A suivre, donc.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur