Cray parie sur la puissance de son superordinateur Titan

Mobilité

Le superordinateur Titan du laboratoire national américain d’Oak Ridge, extension du supercalculateur jaguar de Cray, est sur les rails pour devenir le plus puissant du monde, à hauteur de 20 pétaflops. Il permettra aux Etats-Unis de ravir la place de numéro 1 au K situé au Japon.

Dans le classement Top5 00 des superordinateurs les plus puissants au monde, figure à la première place, le K composé de 548 352 coeurs. Sa puissance de calcul pic est de 8,77 pétaflops. Et il consomme 9899 kW.

Mais le Laboratoire National Oak Ridge dans le giron du Département Américain à l’Energie a désigné Cray pour reprendre le flambeau. Mission : atteindre les 20 pétaflops avec un contrat dont le coût avoisine les 100 millions de dollars. Cray avait été la première société à passer le pétaflop et elle va donc permettre aux Etats-Unis de reconquérir le première place du Top 500.

Le Titan est basé sur le superordinateur Jaguar, un Cray XT5, qui sera mis à jour en passant à un Cray XK6 avec 960 GPU Tesla M2090 de Nvidia. Ces GPU sont directement issus des Fermi de Nvidia. Il s’agit là de la première phase.

Précisons que les GPU utilisés à l’origine sur les cartes graphiques offrent une architecture propice aux calculs massivement parallèles. Le K Chinois combine ainsi des CPU Intel Xeon et des GPU du constructeur Nvidia.

Le Jaguar est actuellement le troisième superordinateur le plus puissant au monde.

Mais Oak Ridge Labs ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Ainsi, l’année prochaine, 18 000 GPU Tesla de Nvidia basés sur le Kepler, le processeur nouvelle génération de la société, apporteront la touche finale au Titan. Il mettra à profit sa puissance pour des simulations nucléaires et climatiques.

A ce stade, le Titan sera le superordinateur le plus puissant au monde avec une puissance de calcul de 20 pétaflops. C’est plus de deux fois plus que le K qui peut se targuer d’atteindre les 8,16 pétaflops. De surcroît, selon Sumit Gupta, directeur du département Tesla GPU au sein de Nvidia, le système développé avec le Titan pourra dépasser les 20 pétaflops. Les 100 pétaflops se rapprochent donc avec de futurs supercalculateurs de classe Exascale.

Mais IBM ne s’en laissera pas compter puisque le Séquoia, qui sera livré au Lawrence Livermore National Laboratory, devrait également atteindre les 20 pétaflops à l’horizon 2012.

 

 

crédit photo : copyright Nmedia – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur