Criteo – Integral Ad Science : un partenariat très « brand safety »

MarketingPublicité
criteo-integral-ad-science
2 3

Pour s’assurer que les publicités de ses clients annonceurs ne soient pas diffusées dans des environnements jugés inappropriés, Criteo s’associe à Integral Ad Science.

Comment protéger les marques et les encarts publicitaires des annonceurs ? En s’assurant qu’ils ne soient pas diffusés dans des environnements douteux comme des sites de streaming illégal.

Cette notion de « brand safety » est au cœur du partenariat international que Criteo a noué avec Integral Ad Science (ex-AdSafe Media).

Ce fournisseur de solutions e-pub venu de New York s’est implanté en France il y a un peu plus d’un an. Revendiquant plus de 3 milliards d’impressions traitées au quotidien, il propose un triptyque de services à destination des acheteurs et vendeurs de médias en ligne : reporting et analyses, ciblage, blocage (anti-fraude).

La « brand safety », déterminée par l’analyse des données au niveau des pages et des adresses Internet, est l’un des indicateurs sur lesquels s’appuie sa technologie de mesure de performance, aux côtés de la visibilité, du taux de complétion (part de individus exposés à une pub et qui la visualisent jusqu’au bout), de la segmentation géographique ou encore de l’espace disponible sur les sites Web.

Un objectif pour Criteo : permettre aux annonceurs d’améliorer l’allocation de leurs investissements* dans une logique multi-écran. Et plus globalement, assurer, pour les consommateurs, « une expérience non intrusive et sécurisée sur l’ensemble des canaux » de son réseau international.

Cette alliance s’inscrit dans un contexte d’essor du programmatique (RTB, pour « Real-Time Bidding »), qui soulève des défis en matière de visibilité et de qualité des impressions publicitaires.

Facebook, qui exploite le modèle depuis 2012, s’est associé à Integral Ad Science – ainsi qu’à Nielsen et comScore – pour creuser la problématique et offrir aux annonceurs davantage de garanties sur les performances de leurs campagnes.

* Pour ce qui est du marché français, la publicité digitale a concentré environ 3 milliards de dollars d’investissements en 2015 selon le cabinet américain eMarketer. C’est un peu moins que pour le print, quand le média télévisuel concentre encore 4,5 milliards de dollars de dépenses.

Crédit photo : OPOLJA – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur