Cyber-attaque dans le secteur pétrolier : des milliers de postes d’Aramco affectés

Régulations
petrole-desert-compagnie

Le réseau du groupe pétrolier d’Arabie saoudite a été partiellement affecté. Des hacktivistes revendiquent cette action visant le régime monarchique.

Aramco a rencontré un sérieux problème d’infection sur son système d’information.

Au point de couper toutes les liaisons avec le monde extérieur.

La grosse compagnie pétrolière d’Arabie saoudite aurait été la cible d’une cyber-attaque plus tôt dans le mois.

Le 15 août, Aramco a signalé via Facebook qu’elle a pris des mesures de sécurité IT en coupant l’accès à son réseau.

Motif : “une interruption soudaine qui a affecté des pans de son système d’information” en lien présumé avec un virus ayant affecté des postes de travail.

Tout en précisant que le cœur du système d’information n’est pas touché et que cet incident (ou attaque ?) n’a pas affecté son activité d’extraction, de production et de distribution de pétrole et de gaz.

Néanmoins, dans un article en date du 24 août, TechWeek UK a précisé que le réseau d’Aramco n’était toujours pas revenu à son niveau normal.

Reuters précise de son côté que la situation s’est nettement améliorée au cours du week-end : les postes de travail ont été nettoyés et sont redevenus opérationnels.

Le puissant groupe pétrolier (son nom est la contraction d’Arabian American Oil Company selon Wikipedia) cherche à déterminer l’origine de cette faille dans la sécurité IT.

Des hacktivistes du groupe “Cutting Sword of Justice” ont revendiqué l’assaut via la plateforme de partages de documents Pastebin.com mais l’origine de la cyber-attaque n’est pas confirmée.

Ils assurent avoir attaqué le réseau d’Aramco dans plusieurs pays en infectant 3000 ordinateurs (soit 75% du parc informatique du groupe visé).

Leur motivation ? Dénoncer les présumés crimes et atrocités produits ou soutenus par la famille royale d’Arabie saoudite.

Aramco a été visé car la compagnie est considérée comme l’un des piliers du régime monarchique.

Crédit photo : crédit photo : shutterstock – Vatikaki


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur