Cyber-attaques “carbone”: les pirates ne manquent pas d’air

CloudRégulations

La Commission européenne a interrompu les transactions de CO2 à la suite d’assauts informatiques sur des registres nationaux. L’an dernier, elle s’était déjà inquiétée des failles de sécurité IT dans le négoce du carbone.

Les pirates s’attaquent aux entreprises mais aussi sur des places de marché. Ainsi, des assaut informatiques visant les transactions de CO2* (trading CO2 ou négoce de carbone, voir encadré ci-dessous) ont été recensées cette semaine dans l’Union européenne.

Ils ont été découverts contre des registres nationaux qui ont vocation à comptabiliser les quotas CO2 : Autriche, Belgique, Grèce, République Tchèque, Pologne, Estonie…

L’alerte a été tellement chaud que la Commission européenne, en tant que régulateur du marché, a décidé de suspendre les transactions CO2 en Europe jusqu’au 26 janvier au moins.

Ce qui lui laisse le temps de mener une enquête plus approfondie sur l’impact du marché, de recenser les failles de sécurité (14 pays membres seraient concernés) et d’initier des mesures de protection renforcée.

Selon Les Echos, “Des hackers ont réussi à forcer les sécurités des registres et à voler des droits qu’ils ont tout de suite revendus sur le marché spot [marché au comptant portant sur les devises, les taux ou les matières premières, NDLR], sur lequel les transactions sont immédiates”.

Selon Datanews.be, le préjudice de ce vol de droits d’émission de CO2 pourrait être évalué à  28 millions d’euros.

De son côté, le Journal de l’Environnement avait recensé une cyber-attaque massive de registres de quotas de CO2 européens survenue le 28 janvier 2010.

Déjà, à l’époque, la Commission européenne préparait de nouvelles lignes directrices de sécurité sur Internet.

Des détournements avaient été effectués après l’envoi de faux courriels officiels à des utilisateurs de registres.

Ces derniers avaient  livré leurs codes d’accès à leur insu sur un faux site de la Commission européenne.

L’enjeu “green” du trading CO2
Le trading de CO2 ou négoce de carbone est comparable à un trading plus “classique” comme comme le prix du baril de Brent, du gaz ou du charbon en termes de techniques (même si le contexte juridique et institutionnel est différent). Pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, l’Union européenne a mis en place un commerce de droits d’émission de CO2. Les entreprises peuvent vendre et acheter ces droits. Les transactions en question sont conservées dans des registres nationaux gérés par les Etats membres.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur