Cyber-surveillance : David Cameron voudrait écouter WhatsApp en paix

Régulations
cyber-surveillance-david-cameron-messagerie-instantanee-chiffrement

Le Premier ministre britannique hausse le ton vis-à-vis des applications de messagerie instantanée qui échappent au radar des services de renseignement.

Présent à Paris pour la marche républicaine, David Cameron hausse le ton sur la question des cyber-écoutes.

Alors que des élections législatives sont prévues en mai au Royaume-Uni, le Premier ministre affiche des vélléités de filtrer les outils de messagerie instantanée si les services de renseignement de Sa Majesté ne parviennent pas à les infiltrer.

Selon le New York Times, il fait allusion à des services comme WhatsApp, Snapchat et d’autres applications qui exploitent des fonctions de chiffrement pour protéger la confidentialité des échanges.

“Les attaques [terroristes] sur Paris démontrent l’ampleur de la menace à laquelle nous devons faire. Elles illustrent le besoin de disposer de puissances robustes à travers les agences de renseignement et de sécurité. Et ce, afin de protéger les gens”, a déclaré David Cameron dans un message délivré lundi lors d’un évènement.

“Allons-nous continuer à autoriser les outils de communication qui sont simplement impossible à suivre ? La réponse à cette question est : non, nous ne devons pas.”

Un débat qui pourrait rebondir en France alors que le gouvernement affiche son intention de renforcer la sécurité sur Internet.

C’est un nouvel épisode dans une vague plus globale en Europe visant à mieux contrôler ce qui se passe sur Internet.

Dimanche, lors d’un sommet à Paris sur la sécurité, les ministres de l’intérieur des Etats membres de l’Union européenne ont évoqué la possibilité d’établir un “partenariat renforcé” avec les “entreprises du Net” (comme Google, Facebook, Twitter ou Microsoft ) dans un souci affiché de prévention des assauts terroristes et des appels à la haine.

En octobre, une rencontre avait déjà eu lieu dans ce sens au Luxembourg avec des représentants des Etats membres et de multinationales du secteur Internet.


Quiz : Connaissez-vous la CNIL ?

Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : gary yim


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur