Cybercriminalité: Un Français sur 6 affectés en 2011

Marketing
mot-de-passe-securite-login-password-faille-breche

Selon Symantec, plus de 10 millions de Français sont concernés par des tentatives de fraudes sur Internet ou via les mobiles. Préjudice évalué : 2,5 milliards d’euros.

Symantec vient de dévoiler son rapport annuel sur la cybercriminalité (Norton Cybercrime Report) orientée sur les menaces affectant le grand public.

C’est un préjudice évalué à 110 milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis.

Statistique alarmante (alarmiste ?) de la part de l’éditeur de sécurité IT leader mondial: chaque seconde, 18 adultes sont victimes d’une cyberattaque.

“Dans les douze derniers mois, 556 millions de personnes ont été plus ou moins touchées par la cybercriminalité. Soit l’équivalent de la population de l’Union européenne”, considère Symantec qui commercialise sa gamme de produits de sécurité IT Norton auprès du grand public.

Les réseaux sociaux deviennent une cible de choix : 15% des utilisateurs considèrent que leurs profils ont été détournés.

10% d’entre eux avouent qu’ils sont tombés dans un piège lié aux plateformes communautaires (escroqueries en ligne, fan pages leurres…).

L’AFP souligne que plus de 10 millions de Français ont été victimes de la cybercriminalité au cours de l’année 2011, pour une facture totale estimée à 2,5 milliards d’euros, en hausse de 38% sur un an.

C’est un million de personnes en plus par rapport à 2010 alors que le montant des préjudices était évalué à l’époque à 1,8 milliard d’euros.

L’étude prend en compte les pertes directes liées aux tentatives de fraudes en ligne et le temps perdu à résoudre les incidents.

Prudence également avec l’usage des téléphones mobiles.

En France, 57% des détenteurs déclarent avoir déjà reçu sur leur portable un message provenant d’un inconnu les invitant à cliquer sur un lien ou à appeler un numéro pour écouter un message vocal. Un classique dans la réception de SMS…

Toujours selon Symantec, 40% des internautes français déclarent ne pas recourir à des mots de passe “sophistiqués” ou ne les changent pas régulièrement.

Entre la prise de conscience et le réflexe automatique de s’immuniser, il y a encore du chemin.

*Pour cette étude mondiale 2012 Norton Study, Symantec a interrogé un panel de 13 000 internautes résidant dans 24 pays (échantillon de 500  personnes  en France).

Crédit photo : ©-auryndrikson-Fotolia.com_.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur