Cyber-espionnage : le P-DG de Cisco monte au créneau

EntrepriseMobilité
john-chambers-cisco-une

La NSA intercepterait les routeurs Cisco avant exportation pour intégrer des backdoors. C’est mauvais pour la confiance et le business, estime John Chambers dans une lettre adressée à Barack Obama.

Sur fond de déballage médiatique en permanence des pratiques de la NSA relative au cyber-espionnage, John Chambers a écrit une lettre adressée à Barack Obama.

Le CEO de Cisco exprime ses inquiétudes concernant les récentes accusations visant la puissante agence de renseignements et portant sur le détournement et la modification des marchandises IT destinées à l’exportation (hors des Etats-Unis). De quoi s’agit-il ?

Selon les informations révélées par The Guardian et fondées sur des éléments transmis par Edward Snowden (l’ex-consultant informaticien américain qui a dévoilé les dérives des écoutes électroniques), la NSA intercepterait des équipements de réseaux IT (comme des routeurs) destinés à l’exportation pour y placer des portes d’entrée dérobées (backdoors) en vue de faciliter le cyber-espionnage.

Dans cette lettre adressée au Président des Etats-Unis et datée du 15 mai, John Chambers se dit préoccupé par l’impact de telles accusations. Cisco veut rassurer ces clients à propos de “l’intégrité et la sécurité” de son matériel high-tech. Car les soupçons engendrent des reports voire des annulations de commandes de plateformes Cisco.

Nous ne pouvons tout simplement pas fonctionner de cette manière, nos clients nous font confiance pour notre capacité à leur délivrer des produits directement chez eux qui répondent aux normes les plus élevées d’intégrité et de sécurité”, déclare John Chambers dans sa missive.

Dans une contribution blog en date du 13 mai, Mark Chandler, Vice-Président Senior et responsable des affaires juridiques chez Cisco, assure que la firme ne travaille avec aucun gouvernement, y compris celui des Etats-Unis.

Le manager de Cisco considère que les firmes qui respectaient la loi américaine (notamment celles qui s’en tiennent aux embargos commerciaux et aux limitations dans les transferts technologiques imposés par l’administration) ne devraient pas être soumises à des “interférences d’Etat” dans la fabrication et la livraison des produits commandés par leur clientèle.

Déjà fin 2013, Silicon.fr considérait que les équipements Cisco, Juniper et Huawei étaient transformés en passoire au profit de la NSA.

john-chambers-cisco
John Chambers, CEO de Cisco Systems
Source photo : Wikipedia

Quiz : Que savez-vous de la e-réputation ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur