Cybersécurité : Huawei récuse toutes les accusations d’espionnage

Cloud
huawei-logo

Huawei publie un livre blanc relatif à la cybersécurité. L’équipementier réseaux assure qu’il ne favorise pas le cyber-espionnage pour le compte de la Chine.

L’équipementier chinois télécoms Huawei vient de publier un livre blanc mettant en avant ses travaux sur la cyber-sécurité.

L’objectif du groupe est ici de démontrer que “la sécurité fait partie intégrante de son ADN”.

Tout en récusant les accusations d’espionnage pour le compte des autorités chinoises dont la firme chinoise fait régulièrement l’objet.

Des pays comme les Etats-Unis, l’Australie mais aussi des pays européens comme la France pointent régulièrement du doigt des failles de sécurité dans des équipements télécoms sensibles comme les routeurs susceptibles de favoriser les écoutes électroniques.

Le groupe télécoms chinois cherche à balayer toutes les critiques à ce sujet à travers la publication de ce nouveau livre blanc.

Cité par The Guardian, Ken Hu, Président adjoint du conseil d’administration de Huawei, assure que sa compagnie “n’a jamais reçu d’instructions ou de requêtes de la part d’un gouvernement ou d’une agence gouvernementale pour modifier ses positions, ses politiques, ses procédures, son hardware, son software, ses règles de recrutements ou quoi que ce soit d’autres…Si ce n’est des suggestions pour améliorer notre approche de cyber-sécurité de bout en bout”.

Tout en poursuivant : “Nous pouvons confirmer qu’il ne nous a jamais été demandé de fournir des accès à nos technologies ou de transmettre des données relatives à des citoyens ou des organisations.”

Mais la suspicion demeure au regard de l’historique de la société chinoise : Huawei a été créée en 1988 par Ren Zhengfei, qui a passé 8 ans dans l’Armée populaire de libération.

En guise de relais, John Suffolk, Responsable de la sécurité pour le compte de Huawei et ancien CIO du gouvernement britannique, précise via TechWeek Europe : “Chez Huawei, lorsque nous parlons sécurité, nous n’envisageons pas seulement de traiter les problèmes d’hier, ou ceux d’aujourd’hui, nous nous focalisons sur l’établissement de bases solides permettant de sécuriser le monde de demain.”

Le  nouveau livre blanc couvre tous les échelons de l’activité des grandes entreprises et des Etats, du développement au déploiement de nouvelles technologies, passant par la gouvernance, la gestion du personnel, la R&D, la gestion des fournisseurs ou encore la livraison des matières première ou produits finis.

“Il est temps d’appuyer sur le bouton ‘reset’ de la sécurité et de nous demander, si nous souhaitons vraiment que l’avenir soit différent du passé, de quelle façon allons-nous pouvoir travailler ensemble pour définir de nouvelles normes de comportement, de nouvelles lois, et de créer une nouvelle réalité dans l’équilibre entre vie privée et sécurité“, poursuit John Suffolk.

Selon Silicon.fr, Huawei va ouvrir un deuxième centre de R&D au Royaume-Uni.

C’est Ren Zhengfei, qui occupe toujours les fonctions de Président de la firme télécoms, qui l’a annoncé le 16 octobre.

Et ce, à l’occasion d’une visite de George Osborne, Chancelier de l’Echiquier du Royaume-Uni [équivalent du ministre chargé des Finances et du Trésor, ndlr] venu visiter les laboratoires de Shenzhen, siège de l’équipementier en Chine.

john-suffolk-cio-huawei-sécurité
John Suffolk, ancien CIO du gouvernement britannique, a rejoint Huawei en tant que responsable sécurité. Sa présence contribue beaucoup aux relations cordiales entre le Royaume Uni et le groupe chinois.
Crédit photo : Huawei

——-Quiz——–

Hacking, phishing, spamming? La sécurité sur internet n’a pas de secret pour vous ?

——————–

Crédit image : Huawei


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur