Data centers mobiles : Bull montre ses cornes

Cloud

Avec le container Mobull, Bull veut prouver sa capacité à maîtriser la haute densité et mobilité. Ce serait la principale distinction par rapport à des concurrents comme APC/Schneider Electric ou Emerson (bonus vidéo).

C’est le seul groupe IT “100% français” qui s’est lancé sur ce segment de marché : Bull vise le data center mobile.

Un prototype de container Mobull a été présenté à la presse à l’occasion des “Defence Days” organisées à Paris.

“C’est un vrai data center mobile qui peut être livré de façon modulaire, équipé ou pas de matériel Bull et que l’on peut transporter par camion”, explique Philippe Vannier, P-DG de Bull en guise d’introduction.

Le Mobull peut être déployé dans un bâtiment, en extérieur ou “dans des conditions extrêmes” (plate-forme offshore).

Pour lancer la commercialisation de ses data centers nouvelle génération, priorité sera donnée aux marchés que Bull a investis.

En particulier celui de la Défense (avec un client comme la Marine nationale) et plus généralement le marché européen.

Mais, a priori, l’objectif n’est pas d’appâter les groupes IT américains comme Google ou Amazon.

Bull a érigé plusieurs principes avec Mobull décliné en deux modèles de container : le premier d’une longueur de 6 mètres pour une masse de 20,5 tonnes, le second d’une longueur de12 mètres pour une masse de 30,5 tonnes (hors installation de matériel informatique). Ils peuvent être encastrés ou empilés pour créer des fermes de serveurs si nécessaire.

Avec ses data centers mobiles, Bull a cherché à se distinguer par la puissance et la forte densité : entre 63 et 160 Téraflops de puissance de calcul partagé en fonction de la taille du container, entre 240 et 550 kW par container, possibilité d’intégrer entre 6 et 15 racks (soit une fourchette située entre 648 et 1620 serveurs), 40 kW par rack (“soit l’équivalent en  puissance de 20 cuisinières électriques sur la surface d’une seule” ose comparer Bull dans une lettre de diffusion).

Donc, la recette “moins de racks mais plus de puissance” constituerait la grande différence de la configuration Mobull par rapport à des concurrents comme APC/Schneider Electric ou Emerson qui se contenteraient de viser le marché du plan de reprise d’activité (PRA).

“Nous avons monté des configurations capables de concurrencer des data centers traditionnels ou en cours de réhabilitation”, explique Olivier Jean, responsable de l’offre data center mobile de Bull.

Sur le front de la climatisation, Bull a développé un système de refroidissement “intelligent” basé sur une porte à eau réfrigérée.

En termes de connectivités, Bull assure la compatibilité avec les réseaux InfiniBand, Gigabit et Ethernet.

Une configuration d’entrée de gamme serait disponible aux alentours de 300 000 euros (hors équipement informatique), disponible à l’achat ou en location.

Bonus vidéo : Mobull présenté par Bull


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur