Davantage de régulation pour les “backbone” ?

Cloud

Les équipementiers impliqués dans l’infrastructure réseau d’Internet doivent songer à l’autorégulation, s’ils souhaitent éviter l’arbitrage des gouvernements.

Selon un rapport du cabinet Datamonitor baptisé “Le futur d’Internet”, les industriels des réseaux pourraient bien être forcés, d’ici deux ans, d’introduire des pratiques d’autorégulation favorables à l’arrivée d’acteurs plus modestes qu’eux sur leurs réseaux. Formant une sorte de cartel, les plus grands fournisseurs de servies Internet pourraient en effet exploiter leur position pour pousser deux tiers des nouveaux acteurs hors de leurs infrastructures, par exemple en augmentant les charges liées à l’utilisation des PPP, les Private Perring Points. Or si l’autorégulation tardait à s’installer, les compagnies comme MCI Worldcom, Sprint, Cable & Wireless et Internex, qui dominent actuellement le marché des dorsales de l’Internet, pourraient perdre le contrôle de leurs réseaux face aux législateurs des gouvernements décidés à favoriser l’accès à la concurrence.

Tandis que les télécoms et l’industrie des contenus (multimédia, audiovisuel) sont très régulés, l’environnement Internet est encore assez libre. Pour Philip Codling, consultant chez Datamonitor, un équilibre doit être trouvé entre la régulation puissante des corps d’Etat – qui ne comprennent pas toujours les enjeux des nouvelles technologies-, et le poids des grandes compagnies qui pourraient abuser de leur position dominante.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur