De l’hébergement doté “d’une âme Gandi”

Cloud

Le prestataire français de services Internet, initialement connu pour le dépôt de noms de domaine, étend ses activités avec une offre “modulaire”.

Gandi continue d’étoffer ses services : après le dépôt de noms de domaines, les blogs et l’emailing, place à l’hébergement. Un gros morceau, reconnaît Stephan Ramoin. “Notre offre est une version finale mais nous allons progressivement monter en charge”, assure le président de Gandi.

Depuis deux mois, quelques dizaines de clients testent l’offre d’hébergement plutôt originale à destination des TPE-PME, des webmasters (novices ou confirmés) voire des particuliers si la fonction Gandi AI (Auto Install) tient ses promesses pour simplifier l’administration système.

Pour démarrer dans ce “nouveau monde”, Gandi propose une approche différente des prestataires que l’on retrouve sur cette cible de clients (c’est à dire des acteurs comme Amen, 1&1 ou OVH) et lance une offre d’hébergement “modulaire”.

Oubliez d’emblée l’approche traditionnelle du package. Place à la “flexibilité” façon Gandi. Un client peut ajouter ou retirer à sa guise des parts de serveur et d’espaces disques. Bref, avoir un contrôle immédiat des capacités de stockage et réviser à la baisse ou à la hausse les ressources mobilisées. Le tout sans engagement même pour une durée limitée d’exploitation (on peut descendre à une heure).

A terme, le concept devrait être affiné pour parvenir à une version planifiée et automatisée de mise à disposition des parts de Gandi Hébergement. “Il faut considérer cette offre comme un immense réservoir de ressources”, commente Stéphan Ramoin.

Qui veut des parts d’hébergement ?

Pour ses premiers pas dans l’hébergement, Gandi met à disposition de ses clients un serveur à ressources dédiées à partir de 6 euros hors taxes. Le tarif de base correspond à “une part d’hébergement” c’est à dire l’équivalent d’un site Internet simple avec 5 Gigaoctets d’espace disque alloué. Pour répondre aux besoins d’une PME, comptez plutôt sur huit parts.

Cela ne sera pas forcément évident à expliquer aux clients mais cela vaut la peine d’essayer. Surtout lorsque Gandi affiche deux arguments “bétons” pour séduire les clients : l’engagement d’un support technique et d’assistance de qualité (mission remplie jusqu’ici mais l’hébergement est une autre paire de manche) et la dimension communautaire (succès confirmé).

La société ne souhaite pas communiquer ses objectifs 2008 en termes de clients qu’elle compte acquérir sur ce nouveau front.

Gandi “toujours profitable”
Comment se porte Gandi depuis sa reprise en main survenue mi-2005 par Stéphan Ramoin, ancien responsable de Lycos Europe ? Le prestataire de services Internet se positionne comme le premier bureau d’enregistrement de noms de domaine en France et recense 640 000 noms de domaine actifs. Son effectif se porte à 51 collaborateurs dont une douzaine dédiées au support. “Nous évaluons notre chiffre d’affaires à environ neuf millions d’euros sur 2007.La société est toujours très profitable, malgré les lourds investissements humains et matériels pour le lancement de l’hébergement”, explique le président de Gandi.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur